10 - Formations du Tertiaire et du Quaternaire dans le sud-ouest du Lot-et-Garonne

Département : Lot-et-Garonne
Âge : entre -33 et -22 Ma
Formation : Oligocène inférieur / Miocène inférieur
Carte géologique : 877, 901



La balade dans le sud-ouest du département de Lot-et-Garonne s’effectue dans le Tonneinquais élargi, avec pour point central la confluence du Lot avec la Garonne, sur la commune de Nicole, et notamment le site du Pech de Berre d’où la vue panoramique est spectaculaire.

Les ressources en eau souterraine facilement accessibles sont rares dans cette région, dont la géologie est caractérisée par les formations imperméables que sont les molasses aquitaines, plutôt que par les formations réservoir. Mais cet itinéraire, long de 75 km environ, fait cependant découvrir certaines de ces formations molassiques continentales du Tertiaire déposées entre -33 et -22 millions d’années, entre le début de l’Oligocène inférieur et le Miocène inférieur.

Les formations présentées constituent les principaux réservoirs des nappes   peu profondes et certains imperméables les séparant qui existent dans le sud-ouest du département de Lot-et-Garonne. Cependant elles ne sont que très rarement captées pour l’alimentation en eau potable   qui, dans le secteur du Tonneinquais, est principalement fournie par les nappes   profondes du Crétacé, vers 300 à 400 m de profondeur (Tonneins, Gontaud de Nogaret, Laparade) et du Jurassique, à partir de 450 à 500 m de profondeur (Lagruère, Sérignac, Bruch, Brax).

La balade parcourt principalement les cartes géologiques à 1/50 000 TONNEINS et NERAC, dont les levers ont été réalisés par des géologues du BRGM Aquitaine et publiées en 1996.

Malgré la rareté de bons affleurements   représentatifs, une petite dizaine d’arrêts est proposée pour présenter (voir log géologique) :

  • deux formations aquifères   de la fin de l’Oligocène inférieur :
    • les sables argileux plus ou moins gréseux de la Molasse du Fronsadais (non représentées dans la coupe du log géologique, car en-dessous),
    • le Calcaire lacustre   de Nérac et une zone de résurgences qui en est l’exutoire,
  • deux formations régionalement aquifères   du Miocène inférieur : les Calcaires lacustres   Blanc et Gris de l’Agenais de l’Aquitanien, et une source   qui en sort,
  • une formation régionalement imperméable du Miocène inférieur : les Marnes à Ostrea aginensis de l’Aquitanien,
  • une formation régionalement réservoir du Pliocène : les graviers de la Formation d’Arengosse,
  • une formation imperméable du Quaternaire : les argiles bariolées de la très haute terrasse pléistocène.

Hydrogéologie  

Dans cette région centre-orientale du bassin  , l’ensemble des couches géologiques s’enfonce progressivement depuis le nord-est, où affleurent le sommet du Jurassique et le Crétacé (à l’est de Fumel et Villeneuve-sur-Lot) vers le sud-ouest, où n’existe à l’affleurement   que le Tertiaire élevé (Oligo-Miocène). Les nappes   libres et superficielles de la partie nord-est s’enfoncent progressivement vers le centre du bassin  , à cause du pendage des couches vers le sud-ouest, et deviennent captives sous différentes formations imperméables intra-molassiques. Plusieurs aquifères   superficiels (nappes   libres) existent. Ce sont, dans ce secteur, des plus récents aux plus anciens :

  • les alluvions du Quaternaire, surtout captées pour l’irrigation dans les grandes vallées de la Garonne et du Lot,
  • les sables et graviers de la plaine landaise, à l’ouest d’une ligne Xaintrailles / Casteljaloux / Antagnac,
  • certaines formations calcaires ou sableuses à l’intérieur de la série des Molasses tertiaires.

Prolongeant les nappes   superficielles du nord-est, les principales nappes   profondes, qui sont captées par forages, sont de grande extension dans ce secteur. Des plus récentes aux plus anciennes, ce sont les formations :

  • des sables de l’Eocène inférieur, quand ils ne sont pas trop argileux ;
  • des aquifères   plus ou moins karstiques   du Crétacé, surtout captés dans le nord du Lot-et-Garonne. Les deux principaux aquifères   sont les calcaires et grès et sables du Coniacien-Santonien, exploités entre Marmande et Villeréal et entre Tonneins et Saint-Aubin / Savignac ; et les calcaires du Turonien supérieur, voire les niveaux sous-jacents, plus rarement captés, comme à l’ouest de Sainte-Livrade ;
  • des aquifères   calcaires karstiques   du Jurassique, qui sont interstratifiés de formations marneuses ou marno-calcaires. Cette série souvent très profonde, mais qui se rapproche de la surface sous Agen, comprend les calcaires et dolomies   du Kimméridgien basal / Oxfordien / Callovien, surtout exploités entre Agen et Tonneins, les calcaires et dolomies   du Bathonien / Bajocien-Aalénien, plus rarement captés au sud d’Agen et de Nérac.

Les aquifères   jurassiques profonds sont séparés de ceux du Crétacé par la très épaisse formation imperméable des marno-calcaires du Kimméridgien supérieur.

Les nappes   s’écoulent globalement vers l’ouest en s’approfondissant. Le caractère parfois très karstique   des aquifères   mésozoïques entraîne des transferts souterrains rapides qui les rendent particulièrement vulnérables (turbidité  , nitrates  , aluminium,…).

Pour en savoir plus :

Capdeville J.P. (1987) - Synthèse paléogéographique et structurale des dépôts fluvio-lacustres   tertiaires du Nord du bassin   aquitain entre Lot et Dordogne - Thèse Doctorat d’État ès Sciences, Bordeaux III, 295 p - Document du BRGM n° 175 (1989).

Capdeville J.P. (1996) - Carte géologique de la France (1/50 000), feuille Tonneins (877) - Orléans : BRGM. Notice explicative par Capdeville J.P. avec la collaboration de Charnet F. et Turq A. (1996), 52 p. Edit. BRGM.

Karnay G. (1996) - Carte géologique de la France (1/50 000), feuille Nérac (901). - Orléans : BRGM. - Notice explicative par Karnay G. et Turq A., 50 p. Edit. BRGM.