3 - Pointe Sainte-Barbe (commune de Saint-Jean-de-Luz)

Où affleure du flysch calcaire, d’âge Crétacé supérieur (Coniacien supérieur à Santonien moyen)

Accès au site

Observation du flysch calcaire, d’âge Crétacé supérieur (Coniacien supérieur à Santonien moyen)

Accès

Le site se situe au nord-est de la Pointe Sainte-Barbe à Saint-Jean-de-Luz. Prendre la rue de la Pile d’Assiettes et suivre, au bout, le chemin tournant vers la gauche en direction de la mer.

Carte de localisation de la pointe Sainte-Barbe - Saint-Jean-de-Luz (© IGN, Convention N°0137/GIP ATGeRi) "
Carte de localisation de la pointe Sainte-Barbe - Saint-Jean-de-Luz (© IGN, Convention N°0137/GIP ATGeRi)

Plan d'accès au site - Saint-Jean-de-Luz (© IGN 2009, Convention N°0137/GIP ATGeRi)"
Plan d’accès au site - Saint-Jean-de-Luz (© IGN 2009, Convention N°0137/GIP ATGeRi)

Que voir ? Que conclure ?

Observation du flysch calcaire, d’âge Crétacé supérieur (Coniacien supérieur à Santonien moyen)

Le flysch calcaire observé au cours de cette balade appartient au bassin   du flysch Crétacé et correspond, dans la série, au flysch marno-calcaire de Socoa.

Le flysch crétacé forme un ensemble aquifère  , correspondant au « bassin   du Flysch », circonscrit dans les Pyrénées occidentales. Une fiche régionale résume la géologie et l’hydrogéologie   de cet ensemble aquifère  .
Le flysch crétacé forme la couverture des massifs paléozoïques (primaires) et des chaînons calcaires du sud des Pyrénées et s’étend, au nord, jusqu’au chevauchement frontal nord-pyrénéen.

Paléoenvironnement  

La sédimentation du flysch crétacé s’est effectuée dans un bassin   sédimentaire qui débute à l’Albo-Aptien (limite supérieure du Crétacé inférieur).
D’orientation est-ouest, ce bassin   présente deux marges : l’une au sud, la marge ibérique ; l’autre au nord, la marge européenne. Il se referme au Maestrichtien (limite supérieure du Crétacé supérieur) pour donner la chaîne des Pyrénées.

Au fond de ce bassin   se déposent d’épaisses séries marneuses, des turbidites   issues de l’accumulation de sédiments sur ses marges. A l’origine, les turbidites   sont des matériaux en suspension qui descendent ensuite par gravité des pentes marines ou lacustres   pour s’épancher sur le fond. Ces faciès   marneux sont obtenus par décantation de la « turbidité   » de l’eau et sont généralement dépourvus de faune et de flore.
Les turbidites   sont plus grossières près des marges, où les courants sont plus violents.

Sur les bordures du bassin   se développent les récifs de l’Urgonien.

Illustrations

Parcourez les affleurements   en cliquant sur les vignettes ci-dessous et découvrez les explications géologiques et interprétations hydrogéologiques.

Figure 1 : Affleurement du flysch crétacé plissé à Saint-Jean-de-Luz

Figure 1 : Affleurement du flysch crétacé plissé à Saint-Jean-de-Luz

Histoire du bassin du Flysch

Elle débute au Crétacé inférieur, avec un épisode tectonique distensif (extension) qui individualise les marges ibérique (l’Espagne) et européenne.
Le centre du bassin est très subsident, c’est-à-dire qu’il s’affaisse sous une épaisse sédimentation marneuse, les « marnes à spicules ». Sur les bordures du bassin, des calcaires, les « calcaires d’âge urgonien », se développent, formant le massif des Arbailles, les chaînons calcaires…

Stratigraphiquement, au-dessus des « marnes à spicules » du Crétacé inférieur, le flysch est faiblement carbonaté. Il comprend en alternance des argiles et des grès, présente des faciès à conglomérat, puis des séries de marnes et de calcaire massif et se termine par une épaisse série marneuse.

Enfin, durant le Crétacé supérieur, les mouvements tectoniques se sont accentués et des « sillons » orientés est-ouest s’individualisent. Les diapirs se mettent en place (ex. à Salies, à Roquiague) et le volcanisme se développe.

Le flysch calcaire qui affleure à Saint-Jean-de-Luz présente des intercalations de marnes.

Revenir en haut