4 - Château de Bonaguil

Où affleurent les calcaires bioclastiques   jaunes karstifiés de plate-forme moyenne du Coniacien moyen (-87 Ma   env. - âge Crétacé supérieur)

Accès au site

Où affleurent les calcaires bioclastiques   jaunes karstifiés de plate-forme moyenne du Coniacien moyen (-87 Ma   env. - âge Crétacé supérieur)

Accès

En repartant vers le nord-est à partir du Regrunel (arrêt n°3 de la balade) et en rejoignant la vallée de la Petite Thèze (ou Ruisseau de Bonaguil), à Couvert, on voit bientôt se détacher sur le ciel la masse imposante du château de Bonaguil, édifié à partir de 1477 par Béranger de Roquefeuil, alors que les premiers châteaux de style Renaissance voyaient le jour sur les bords de la Loire. La conservation de ses deux enceintes, ses cinq tours et son donjon est très remarquable, car il ne fut pratiquement jamais attaqué.
Prendre la route en lacets qui s’élève depuis le bas du bourg et atteindre le parking.

Que voir ? Que conclure ?

Observation des calcaires bioclastiques   jaunes karstifiés de plate-forme moyenne du Coniacien moyen (-87 Ma   env. - âge Crétacé supérieur)

Paléoenvironnement  

Ces calcaires se sont déposés dans un environnement de plate-forme marine proximale, peu à moyennement éloignée de la côte, pendant le début de la deuxième grande transgression   du Crétacé supérieur qui a recouvert tout le nord du bassin   Aquitain. Dans cette partie orientale de la plate-forme, existaient partout des milieux de dépôts agités par de nombreux courants sur des fonds sableux où vivaient de nombreux organismes benthiques : échinodermes, bryozoaires et mollusques.

Hydrogéologie  

En termes d’hydrogéologie  , cette formation calcaire constitue un réservoir très productif à porosité   de fractures, l’eau de la nappe   circulant surtout dans les conduits karstiques  , les fractures et fissures, mais aussi dans la porosité   matricielle quand les calcaires gréseux ne sont pas trop cimentés par la diagenèse  , Près de la vallée, presque tout le réservoir est dénoyé, mais la nappe   coniacienne existe sous le plateau au nord du château. Son écoulement est mis en évidence dans les coteaux où il existe une ligne de sources au-dessus des faciès   plus marneux sous-jacents.

Illustrations

Parcourez les affleurements   en cliquant sur les vignettes ci-dessous et découvrez les explications géologiques et interprétations hydrogéologiques.

Figure 1 : Mégaride dans les calcaires bioclastiques du Coniacien (Platel JP., 2013)

Figure 1 : Mégaride dans les calcaires bioclastiques du Coniacien (Platel JP., 2013)

Géologie

Alors que de l’autre côté de la vallée, peuvent s’apercevoir, derrière une maison (propriété privée), les marnes gris-bleu de la base du Coniacien inférieur, le talus de la route est creusé dans les calcaires bioclastiques plus ou moins gréseux du Coniacien moyen. Ils sont observables dès le premier virage en épingle. Sur les bords du parking supérieur existent des entonnoirs karstiques qui recoupent les calcaires, piégeant des sables argileux kaolinique du Lutétien.
Les faciès assez grossiers sont souvent affectés de bioturbations, mais la caractéristique de ces calcaires coniaciens est la grande fréquence de stratifications obliques qui correspondent à des figures de courants tractifs (mégaride) sur le fond de la mer.

Revenir en haut