4 - Marmisson (commune de Gauriac)

Où commence à affleurer les calcaires à Astéries de l’Oligocène inférieur (-32 / -28 Ma   environ)

Zoom sur le log géologique du Blayais


local/cache-vignettes/L700xH224/log_blayais_6_recadrem-4ee39.jpg"

La formation des calcaires à Astéries possède des intercalations marneuses en son milieu.

L’affleurement de Marmisson appartient certainement au niveau inférieur.

Accès au site

Observation des calcaires à Astéries de l’Oligocène inférieur (-32 / -28 Ma   environ)

Accès

A partir de Roque de Thau, descendre la route D669 sur environ 500 m vers Marmisson. Cependant le parking de l’arrêt précédent permet aussi d’accéder à cet arrêt.
Au niveau des premières maisons, prendre un chemin qui monte en escaliers. On peut admirer sur la droite des maisons troglodytes creusées au niveau de la base du Calcaire à Astéries. Continuer un peu plus haut en empruntant le début du sentier de randonnée (borne verte). Aussitôt à droite, apparait une ancienne carrière avec une porte condamnée.

Carte de localisation du site à visiter (© IGN, Convention N°0137/GIP ATGeRi)"
Carte de localisation du site à visiter (© IGN, Convention N°0137/GIP ATGeRi)

Localisation des affleurements décrits (© IGN 2009, Convention N°0137/GIP ATGeRi)"
Localisation des affleurements décrits (© IGN 2009, Convention N°0137/GIP ATGeRi)

Que voir ? Que conclure ?

Observation des calcaires à Astéries de l’Oligocène inférieur (-32 / -28 Ma   environ)

Généralités

Il y a environ 30 Ma  , la mer a marqué de son empreinte sa dernière grande transgression   en recouvrant le nord de l’Aquitaine d’une épaisse couche calcaire. Cette formation, le Calcaire à Astéries, affleure dans le secteur le long de la Gironde en formant des falaises.

Paléoenvironnement  

Ce calcaire correspond à un environnement marin infra-tidal (sous la zone de balancement des marées, donc toujours submergé) de plate-forme peu profonde, en climat tropical où la précipitation chimique carbonatée était importante. C’est dans cet environnement propice que la faune a pu abondamment se développer et se conserver.

Les faciès   sont très variables, résultant de l’évolution du milieu (édification de récifs, de dunes sous-marines, creusement/comblement des chenaux, variabilité des courants, etc.) et des conditions de dépôts (énergie des vagues/marée, nature des éléments bioclastiques  /terrigènes,…).

Illustrations

Parcourez les affleurements   en cliquant sur les vignettes ci-dessous et découvrez les explications géologiques et interprétations hydrogéologiques.

Figure 4 : Grotte de Pair-non-Pair. Photo vers l'intérieur à partir de l'entrée

Figure 4 : Grotte de Pair-non-Pair. Photo vers l’intérieur à partir de l’entrée



Prise de l’entrée, en visée vers le fond de la grotte, cette photo laisse apparaître des échancrures symétriques, situées au même niveau dans les parois de la grotte. Elles ont probablement été creusées lors d’un épisode où la circulation d’eau localisée à cette hauteur était intense (période glaciaire vraisemblablement).
Quand les hommes préhistoriques s’y sont installés vers – 80 000 ans, une source coulait encore au fond de la grotte.
Les gravures retrouvées sont datées d’environ 30 000 ans (âge Aurignacien).

Pour en savoir plus :

Revenir en haut