5 - Petit Roc (commune de Condat-sur-Trincou)

Où affleurent les calcaires à rudistes   de plate-forme interne du Turonien moyen (-91 Ma   env. - âge Crétacé)

Accès au site

Observation des calcaires à rudistes   du Turonien moyen (-91 Ma   env. - âge Crétacé)

Accès

La route D78 longe la rivière la Côle, un affluent de la Dronne, qui sépare les lieux-dits le Grand Roc et le Petit Roc. La route qui passe par le Petit Roc est bordée de nombreuses carrières souterraines.

 Carte de localisation du site à visiter (© IGN, Convention N°0137/GIP ATGeRi)"
Carte de localisation du site à visiter (© IGN, Convention N°0137/GIP ATGeRi)

Localisation des affleurements décrits (© IGN 2009, Convention N°0137/GIP ATGeRi)"
Localisation des affleurements décrits (© IGN 2009, Convention N°0137/GIP ATGeRi)

Que voir ? Que conclure ?

Observation des calcaires à rudistes   du Turonien moyen (-91 Ma   env. - âge Crétacé)

Généralités

Partout dans les moyennes vallées de la Dronne, de la Côle, autour des anticlinaux de La Tour-Blanche et de Mareuil, et jusqu’aux plateaux qui supportent la ville d’Angoulême, s’étend une formation calcaire remarquable à faciès   crayeux blanc dominant, dont l’épaisseur est comprise entre 7 et 12 m localement.

Cette assise très massive qui constitue de petites falaises très continues a été exploitée dans d’innombrables carrières, souterraines la plupart du temps, pour fournir de la pierre de taille aux 18 et 19èmes siècles (en Dordogne, la pierre est dénommée pierres de Chancelade, de Mareuil, de La Tour-blanche, de la Rochebeaucourt, etc.).

Paléoenvironnement  

Du point de vue sédimentologique, l’ensemble des faciès   s’est déposé pendant une période de régression   (recul de la mer) dans des environnements de plate-forme interne très peu profonde (quelques mètres d’eau), comme une sorte de lagon aux eaux chaudes tropicales. La persistance des conditions écologiques de ce biotope, favorable à la prolifération de cette espèce de rudiste à la coquille très fragile, est exceptionnelle sur toute la plate-forme nord-aquitaine (absence de discontinuité sédimentaire  , de variation de faciès   et de figures de courant, qui témoignerait d’un milieu côtier variable et instable).

Hydrogéologie  

En termes d’hydrogéologie  , cette formation constitue la base de l’aquifère   carbonaté turonien, à porosité   matricielle dominante, due à la très faible cimentation de cette assise.

Illustrations

Parcourez les affleurements   en cliquant sur les vignettes ci-dessous et découvrez les explications géologiques et interprétations hydrogéologiques.

Revenir en haut