Situation des principales nappes du bassin : les indicateurs ponctuels

Que sont les indicateurs ponctuels ?

L’évaluation des indicateurs de situation des nappes   est réalisée par le BRGM, à partir de données de ADES, qui sont produites par les services de l’Etat, des établissements publics (Agences de l’Eau, BRGM) et des collectivités (conseils régionaux, départementaux ou communes…).


Ce travail, réalisé chaque mois à l’échelle des bassins hydrographiques   (bassin   Adour-Garonne en l’occurrence), participe à la description de l’état des nappes   présenté dans le Bulletin national de Situation Hydrologique consultable sur le site EauFrance.

Depuis janvier 2017, un nouvel indicateur de l’état des nappes   est proposé. Cet Indicateur Piézométrique   Standardisé (IPS) est applicable sur l’ensemble des points de suivi des niveaux d’eau souterraine ayant au moins 15 valeurs. Sept classes ont été retenues pour indiquer l’état des nappes  , avec une graduation allant de « niveaux très bas » à « niveaux très hauts ». Des équivalences en termes de période de retour sont proposées. Toutefois, l’utilisation de la terminologie propre à l’IPS sera privilégiée, principalement pour les nappes   à cycle pluriannuel (que l’on ne peut pas traiter en termes de période de retour). L’iconographie liée au BSH reste inchangée.

La situation pour chaque nappe  

Situation générale pour le mois de juillet 2017

Le mois de juillet 2017 a été caractérisé par l’alternance de fortes intempéries (fin juin et deuxième ou troisième semaine de juillet suivant les secteurs) et de fortes chaleurs. Globalement, en cette période estivale, les niveaux restent le plus souvent à la baisse, mais certains secteurs, particulièrement bénéficiaires de la recharge   ponctuelle liée aux fortes précipitations orageuses, voient les niveaux se stabiliser, voire augmenter à l’échelle mensuelle. C’est essentiellement le cas dans la zone de la nappe   alluviale de l’Adour et des aquifères   calcaires karstifiés du Jurassique moyen et supérieur. Globalement, grâce aux secteurs ayant le plus bénéficié des épisodes de recharge   ponctuelle, les niveaux sont modérément bas à proches de la moyenne. La situation la plus critique reste celle des aquifères   calcaires du Crétacé supérieur du Périgord et du bassin   angoumois, où les niveaux sont bas. A l’inverse, les niveaux sont modérément hauts pour la nappe   alluviale de l’Adour. Au total, 55% des points de suivi présentent des niveaux inférieurs à la moyenne et 24% présentent des niveaux bas à très bas, une situation nettement moins défavorable que celle des mois précédents.

Découvrez le tableau des Indicateurs du mois de juillet 2017.

Accès aux données par l’intermédiaire de la carte du bassin   Adour-Garonne

La carte, ci-dessous, représente les grands systèmes aquifères   du bassin   Adour-Garonne, proposés pour la réalisation du BSH (Bulletin de Surveillance Hydrologique).

Parcourez la carte et accédez aux informations sur les niveaux d’eaux souterraines  , pour chaque aquifère   (en cliquant sur le lien, en bas du texte explicatif de chaque vignette).

Accès aux données grâce à la liste des aquifères  

Lisez les informations sur les niveaux d’eaux souterraines  , en sélectionnant une nappe   dans la liste ci-dessous.
Accédez aussi à l’historique des tableaux des Indicateurs.

Revenir en haut