Aquifères calcaires libres du Crétacé supérieur du Périgord et du bassin angoumois

Description

Les affleurements   de calcaires du Crétacé supérieur sont visibles dans les départements de Charente-Maritime, jusqu’en rive droite de l’estuaire de la Gironde, en Charente et en Dordogne, et plongent sous les formations tertiaires dans la plus grande partie du bassin   aquitain.

Cet ensemble comprend des aquifères   multicouches karstifiés, souvent en relation avec les formations jurassiques sous-jacentes. En Aquitaine, le Maastrichtien est formé de calcaires peu épais mais très productifs et l’aquifère   karstique   du Turonien-Sénonien présente également de très bonnes caractéristiques hydrodynamiques (T=1 à 5.10-2 m/s). Dans sa partie libre, le Cénomanien présente une épaisseur totale de quelques dizaines de mètres, et ses propriétés aquifères   sont très variables. Ces niveaux aquifères   du Crétacé supérieur sont largement exploités pour l’adduction d’eau potable et l’irrigation.

Etat des nappes   d’eau souterraine

Vous trouverez ci-dessous les bilans des niveaux d’eaux souterraines  , établi chaque mois, pour le Bulletin de Surveillance Hydrologique.

  • Etat en juillet 2017 (bilan au 07/08/2017) : La baisse des niveaux entamée depuis avril s’est poursuivie en juillet sur l’ensemble des points de suivi de ces aquifères  . En conséquence de la courte période de recharge   (février-mars), les niveaux sont bas à très bas. Au sud-ouest de l’entité, à proximité de la Gironde, les niveaux restent particulièrement bas, une constante depuis le début de l’année 2017. La faiblesse de la recharge   annuelle peut y être comparée à celle de l’année 2012. A l’inverse, bien que les niveaux restent en baisse, ils sont désormais modérément hauts dans la partie charentaise de l’aquifère  , au centre nord de la zone. Ceci s’explique par une forte recharge   ponctuelle (44 cm) due aux précipitations de la fin du mois de juin.
  • Etat en mai 2017 (bilan au 12/06/2017) : La baisse des niveaux entamée en avril s’est poursuivie en mai sur l’ensemble des points de suivi de ces aquifères  . En conséquence de la courte période de recharge   (février-mars), les niveaux sont à nouveau bas. Au sud-ouest de l’entité, à proximité de la Gironde, les niveaux restent particulièrement bas, une constante depuis le début de l’année 2017.
  • Etat en avril 2017 (bilan au 05/05/2017) : La période de recharge   de février-mars, qui avait permis de retrouver des niveaux relativement proches de la moyenne après un automne et un début d’hiver secs, s’est interrompue en avril. Les niveaux sont à la baisse et sont à nouveau bas. Ils restent très bas au sud-ouest de l’entité, à proximité de la Gironde, comme les mois précédents. Dans cette zone, les niveaux ont par contre continué de monter en avril.
  • Etat en mars 2017 (bilan au 06/04/2017) : La hausse des niveaux entamés en février sur les aquifères   karstiques   du Crétacé s’est poursuivie en mars. La forte recharge   enregistrée permet de retrouver des niveaux modérément bas à proches de la moyenne, alors qu’ils étaient encore très bas en février. Les niveaux restent cependant très bas au sud-ouest, à proximité de la Gironde.
  • Etat en février 2017 (bilan au 09/03/2017) : Ces aquifères   montrent une dynamique à la hausse en février, après une phase de stabilisation, voire de baisse, en fin d’année 2016 et début d’année 2017. La recharge   ayant été très limitée jusque-là, les niveaux restent très bas.
  • Etat en décembre 2016 (bilan au 05/01/2017) : Les aquifères   karstiques   du Crétacé montrent une dynamique globale à la stabilisation, voire à la baisse. Les faibles cumuls de pluie observés en novembre n’ont permis qu’une recharge   très limitée des nappes   qui s’est ralentie, suite au déficit de précipitations de décembre. Les niveaux observés sont inférieurs à très inférieurs à la normale, comme pour la plupart des autres aquifères   du bassin   Adour-Garonne.
  • Etat en octobre 2016 (bilan au 07/11/2016) : Ces aquifères   montrent une dynamique légèrement différente des autres systèmes du bassin   Adour-Garonne, avec une phase de baisse piézométrique   marquée qui se poursuit dans la région de Saintonge et de Royan. Cette dynamique est probablement liée au déficit pluviométrique important constaté en Charente-Maritime, en octobre, qui atteint 60 %. Les niveaux observés restent assez contrastés avec des hauteurs d’eau allant de très inférieures à la normale à semblables à la normale.
  • Etat en août 2016 (bilan au 06/09/2016) : Dans la continuité du mois de juillet et en l’absence de nouvelles pluies, la piézométrie   a baissé mais reste toutefois à des niveaux proches de la normale.
  • Etat en juillet 2016 (bilan au 05/08/2016) : Les niveaux des nappes   sont restés relativement stables par rapport au mois précédent avec une légère tendance à la baisse. Ils se retrouvent aux niveaux généralement observés à cette période de l’année.
  • Etat en juin 2016 (bilan au 05/07/2016) : Les niveaux des nappes   ont accusé une baisse durant le mois de juin, visible sur les piézomètres charentais, tandis qu’en Dordogne, les niveaux apparaissent stables à la faveur des précipitations de milieu de mois. Les niveaux globaux se retrouvent à des niveaux normaux, voire légèrement supérieurs à la normale.
  • Etat en mai 2016 (bilan au 06/06/2016) : Les niveaux des nappes   au Crétacé ont accusé une baisse durant le mois de mai mais ils restent cependant normaux. En Dordogne, le piézomètre   d’observation de la nappe   a permis de constater une remontée suite aux événements pluvieux de fin mai.
  • Etat en avril 2016 (bilan au 10/05/2016) : Les aquifères   karstiques   du Crétacé présentent une dynamique globale à la baisse avec des niveaux ayant subi une baisse continue sur le mois d’avril. Toutefois les niveaux observés restent normaux à supérieurs à la normale du fait de précipitations favorables en début d’année.
  • Etat en mars 2016 (bilan au 05/04/2016) : Les aquifères   karstiques   du Crétacé présentent également une dynamique globale à la stabilisation. Les niveaux observés sont supérieurs à la normale, mais comme constatée sur d’autres aquifères  , une tendance à la baisse a été initiée depuis mi-mars.
  • Etat en février 2016 (bilan au 07/03/2016) : Les aquifères   karstiques   du Crétacé présentent une dynamique à la hausse depuis ce début d’année 2016. Les niveaux observés, qui n’ont cessé d’augmenter, sont supérieurs à la normale.
  • Etat en décembre 2015 (bilan au 07/01/2016) : Ces aquifères   présentent également une dynamique globale à la stabilisation. Les niveaux observés sont inférieurs à très inférieurs à la normale, comme pour les autres aquifères   du bassin   Adour-Garonne. Bien que ce début d’année hydrologique soit déficitaire en termes de recharge  , les précipitations des prochaines semaines pourront ramener les stocks souterrains à des valeurs plus proches de la normale.
  • Etat en octobre 2015 (bilan au 09/11/2015) : Ces aquifères   présentent une dynamique globale à la stabilisation. Les niveaux observés sont assez contrastés, allant de valeurs très inférieures à la normale à des valeurs très supérieures à la normale. Le maximum d’étiage semble avoir été atteint.
  • Etat en août 2015 (bilan au 04/09/2015) : Bilan identique à celui de juillet.
  • Etat en juillet 2015 (bilan au 31/07/2015) : Les aquifères   sont également en phase de tarissement, continu et lent depuis le début du mois de mai. Les niveaux piézométriques sont toujours inférieurs à la normale.
  • Etat en juin 2015 (bilan au 03/07/2015) : Ces aquifères   sont également en phase de tarissement. Celui-ci a été engagé depuis le début du mois de mai, avec une cinétique lente. Aussi, les niveaux piézométriques sont toujours inférieurs à la normale (sauf à Mortagne-sur-Gironde, où les niveaux sont encore supérieurs à la normale), à l’image de ce qui était observé le mois précédent.
  • Etat en mai 2015 (bilan au 08/06/2015) : Comme pour les aquifères   karstiques   du Jurassique, un pic de recharge   a été observé début mai, suite aux séquences de pluie de fin avril. Cet épisode a été de courte durée et a été suivi d’une phase de tarissement. Au cours du mois de mai, les niveaux piézométriques moyens restent inférieurs à la normale, sauf dans la région de Royan où la situation est plus favorable.
  • Etat en avril 2015 (bilan au 06/05/2015) : La phase de tarissement engagée au mois de mars s’est poursuivie au mois d’avril, de façon continue et progressive. Les niveaux sont néanmoins toujours supérieurs à la normale, ou proches de la normale pour un mois d’avril.
  • Etat en mars 2015 (bilan au 07/04/2015) : Ces aquifères   connaissent une évolution très similaire à ceux du Jurassique. Comme ailleurs, un pic de recharge   important a été observé début mars, suivi d’une phase de tarissement lente. Les niveaux sont toujours supérieurs à la normale, ou proches de la normale pour un mois de mars.
  • Etat en janvier-février 2015 (bilan au 06/03/2015) : Les aquifères   karstiques   du Crétacé connaissent une évolution très similaire à ceux du Jurassique. Les pluies de ce début d’année ont permis d’amorcer une recharge   significative des systèmes, dont la dynamique se maintient à la hausse en ce début du mois de mars. Les niveaux sont hétérogènes selon les secteurs, mais sont globalement proches de la normale pour un mois de février.

Accédez aux archives.

Revenir en haut