Le forage

>>> Visionnez les images (1 min) de l’intérieur d’un forage

Du puits classique au forage moderne

Depuis l’antiquité, les hommes utilisent des puits pour capter l’eau souterraine, nécessaire à leurs besoins. Un simple trou maçonné dans le sol permet de recueillir l’eau qui y circule. Au fil du temps, les techniques se sont améliorées pour donner naissance, dès le 19ième siècle, aux techniques de forage actuel : déblais évacués au fur et à mesure, tubages, crépines…
Les forages, réalisées par des entreprises spécialisées, peuvent capter des eaux très profondes, jusqu’à plusieurs milliers de mètres.

Schéma de forage en nappe libre ©CESEAU"
Schéma de forage en nappe libre ©CESEAU


Un forage : à quoi ça sert ?

La réalisation d’un forage répond à un besoin. Il peut servir pour la production d’eau, pour la consommation humaine et animale (captages publics, puits domestiques…), pour l’irrigation des cultures, les prélèvements industriels (eaux de process, de refroidissement), la surveillance des nappes   (piézomètres et qualitomètres), la géothermie, le thermalisme, la dépollution ou lutte contre l’intrusion d’eau salée, les prélèvements, le stockage d’hydrocarbures ou de CO2.

Pour en savoir plus

Un forage : quelles démarches ?
Méthodes de forage
Règles de l’art pour les forages d’eau
Le captage pour l’alimentation en eau potable

Chaque ouvrage est identifié par un code BSS unique

Revenir en haut