Le potentiel géothermique en Aquitaine

Le bassin   Aquitain représente, après le bassin   Parisien, la deuxième ressource d’énergie géothermale en France métropolitaine, mais reste actuellement sous-exploité.

Où sont les sites géothermiques ?

localisation gth aqi

Une première phase entre 1975 et 1986, suite au choc pétrolier, a principalement vu la création de plusieurs forages profonds destinés à produire de l’eau chaude. Celle-ci est utilisée directement pour le chauffage de bâtiments, et chaque ouvrage est susceptible d’alimenter un quartier. La plupart de ces forages sont encore en activité actuellement, sur plusieurs agglomérations. Les premiers forages sur Saint-Paul-les-Dax ont été réalisés à plus de 1 700 m de profondeur en 1975 et 1979, et sur Mont-de-Marsan entre 1 800 et 2 000 m de profondeur en 1976 et 1984. Sur Bordeaux Métropole, plusieurs ouvrages, forés entre 1981 et 1986 à des profondeurs de l’ordre de 1 000 à 1 200 m, alimentent certains quartiers : Mériadeck (bâtiments administratifs jusqu’à l’hôtel de ville, piscine Judaïque), Pessac-Saige (logements collectifs), Base Aérienne 106. A noter également, le cas particulier de l’Esturgeonnière du Teich, qui exploite un ancien forage de recherche pétrolière réhabilité pour la production d’eau chaude.

La deuxième phase, à partir des années 2000, est axée sur le développement de la géothermie « superficielle », pour des applications et usages très variés : bâtiments tertiaires (CPAM de Bayonne, archives municipales de Bordeaux), établissements de santé (EHPAD de Marcheprime et de Mimizan), établissements scolaires (lycées Grand Air d’Arcachon, Hélène Duc de Bergerac, Saint-Exupéry à Parentis-en-Born, collège d’Hourtin), viticulture (château Pontet-Canet), bâtiments communaux (mairie et école d’Aubas, centre social et culturel de Mérignac-Beaudésert, pôle petite enfance d’Audenge)

Cette phase se poursuit actuellement avec un fort intérêt pour les différentes filières géothermiques, qui répondent de manière croissante aux objectifs ambitieux de réduction des consommations énergétiques et de réduction des rejets de gaz à effet de serre que se fixent les entreprises et les collectivités. Le Conseil Régional de Nouvelle-Aquitaine notamment conduit une politique ambitieuse de rénovation et rationalisation énergétique de ses lycées, dans laquelle les filières géothermiques ont une place centrale.

Lorsque l’opportunité d’occurrence d’un aquifère   se présente, et qu’il peut répondre efficacement aux besoins énergétiques du bâtiment, celle-ci peut être mise à profit, c’est le cas des exemples du territoire figurés ci-dessous :

Exemples d'installations géothermiques sur nappe (« boucle ouverte ») en Nouvelle-Aquitaine"
Exemples d’installations géothermiques sur nappe (« boucle ouverte ») en Nouvelle-Aquitaine

Mais quel que soit le contexte hydrogéologique, la géothermie peut apporter des réponses aux besoins énergétiques par la filière sur sondes géothermiques, c’est le cas des exemples figurés ci-dessous :

Exemples d'installations géothermiques sur sondes (« boucle fermée ») en Nouvelle-Aquitaine"
Exemples d’installations géothermiques sur sondes (« boucle fermée ») en Nouvelle-Aquitaine

Certaines de ces installations sont considérées comme exemplaires au niveau national, des détails sont apportés sur les liens ci-dessous :

Comment évaluer rapidement le potentiel géothermique d’un site ?

Dans le cadre du développement des énergies renouvelables, le Conseil Régional d’Aquitaine, l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maitrise de l’Énergie) et le BRGM, avec le concours financier du FEDER (Fonds Européen de Développement Régional), ont décidé de réaliser un outil d’aide à la décision permettant de déterminer l’exploitabilité locale des aquifères   (nappes   d’eau souterraine) pour alimenter une installation géothermique superficielle, notamment assistée par pompe à chaleur, pour tous types d’usages, et profonde (basse énergie) pour des projets conséquents.

Cet outil se présente sous forme d’un atlas regroupant les informations compilées pour seize aquifères  .

©BRGM"
©BRGM

L’atlas permet d’afficher, en tout point du territoire de la région (lorsque les données disponibles le permettent), le potentiel géothermique des aquifères  , en vue d’une utilisation très basse énergie ou basse énergie.

La carte de l'Aquitaine ©Géothermie-Perspectives"
La carte de l’Aquitaine ©Géothermie-Perspectives

Des informations complémentaires, d’ordre hydrogéologique (aquifère   concerné, gamme de débits exploitables, profondeur de l’aquifère  , température), hydrochimiques (lorsqu’elles peuvent provoquer des problèmes de corrosion ou d’encroûtement de l’installation) ou règlementaires (présence d’un forage d’alimentation en eau potable   captant le même aquifère   à proximité) sont également fournies pour chaque maille d’interrogation (de taille 500 m x 500 m).

Exemple

L’outil permet de rechercher les informations par commune et accéder ainsi aux fiches récapitulatives du potentiel géothermique.

http://www.geothermie-perspectives.fr/fiches/gth_fiche.php?list=GTH_AQI_TBE&x=414148.00071158&y=6422804.1387008

Cependant, l’échelle de réalisation de l’atlas étant régionale, la seule analyse de ces données ne peut et ne doit pas se substituer à une étude de faisabilité, portant sur une zone délimitée (comme la parcelle cadastrale), par des bureaux d’études compétents.

par J. Barrière et P. Durst - BRGM

Pour en savoir plus

  • rapport de référence BRGM/RP-59761-FR : Durst P., Ayache B., Saltel M., Abou Akar A. avec la collaboration de Platel JP. (2011). Outil d’aide à la décision en matière de géothermie très basse et basse énergie en région Aquitaine - Atlas du potentiel géothermique des aquifères - Rapport final. BRGM/RP-59761-FR. 175 p., 87 fig., 11 ann.

Revenir en haut