Tour de France de cyclisme : lorsque le sport rime avec la découverte du patrimoine géologique

Cette année encore, le BRGM renouvelle son partenariat avec le Tour de France cycliste. 21 films seront diffusés pendant les directs des différentes étapes pour faire découvrir à tous « La géologie du Tour ».

2012 tour de france logo150

Chaque jour, France Télévisions diffusera, peu après la prise d’antenne en direct de l’épreuve, une courte séquence relative à un point particulier de la géologie du parcours.

Cette opération s’inscrit dans le cadre de la mission du BRGM relative à la diffusion des connaissances dans le domaine des sciences de la Terre.

Parmi, les étapes et les vidéos diffusées, certaines participent à la connaissances du patrimoine géologiques de la France, comme par exemple celles correspondant aux étapes du :

- 16 juillet 2012 : Etape 15 - Samatan > Pau, étape sur le thème « Vin et terroir à Maubourguet »

Les coureurs traversent les vignobles de Gascogne, célèbres pour ses crûs fameux. Des vins qui doivent beaucoup à la géologie. La vigne pousse en effet sur les débris des Pyrénées amassés au pied de la chaine sous l’effet de l’érosion. Un processus ininterrompu depuis des millions d’années. Sables, galets et argiles arrachés à la montagne s’amassent au pied des reliefs, avant d’être emportés et transportés par les crues torrentielles, puis redéposés plus bas, formant des terrasses correspondant aux différents niveaux des eaux.
L’une des meilleures illustrations de ce terroir si particulier se trouve non loin du kilomètre 101 de l’étape, au nord de Maubourguet, au château Montus. Sur les contreforts sud particulièrement bien exposés, ses vignes plongent leurs racines dans un mélange d’argile et de galets rougeâtres, déposé il y a 2 millions et demi d’années.

Voir la vidéo « Vin et terroir à Maubourguet » sur le site du BRGM

- 18 juillet 2012 : Etape 16 - Pau > Bagnères-de-Luchon, étape sur le thème « Eaux chaudes et géothermie »

Les coureurs qui filent vers Bagnères de Luchon pourront ce soir, au terme de la course, goûter aux délices d’un bain dans des eaux chaudes naturelles. Et ils ne seront pas les premiers. Les Romains venaient déjà se baigner il y a 2000 ans de cela dans les eaux des sources chaudes.
Ces eaux qui émergent à une température qui peut atteindre 50°C apportent en surface un peu de la chaleur des profondeurs de la terre. C’est d’ailleurs le principe de la géothermie, technique d’exploitation de ce gisement de calories inépuisable et non polluante.
L’eau présente à grande profondeur est pompée en surface à partir d’un forage, puis envoyé dans un échangeur pour y céder sa chaleur avant d’être réinjectée dans le sous-sol où elle se réchauffera à nouveau.
Ce procédé géothermique permet aujourd’hui de chauffer de nombreux immeubles d’habitations en région parisienne.

Voir la vidéo « Eaux chaudes et géothermie » sur le site du BRGM

Site du BRGM :

Revenir en haut

Actualités