1 - La Citadelle de Blaye (commune de Blaye)

Où affleurent les calcaires gréseux marins de l’Eocène moyen (-46 à -38 Ma   environ)

Zoom sur le Log géologique du Blayais



Sur la partie gauche du Log, la colonne bicolore permet de distinguer dans l’ensemble les grands aquifères   (bleu) des épontes imperméables ou semi perméables (rouge), et dans le détail des étages, de localiser les formations plus ou moins aquifères  .

Zoom sur le Log géologique du Blayais - Sommet des calcaires de Blaye, les plus récents donc, d’âge éocène moyen observés à la Citadelle

Les Calcaires de Blaye représentent un aquifère régional majeur avec les sables sous-jacents qui n’affleurent pas à Blaye mais qui sont en continuité avec les calcaires.

Accès au site

Observation des calcaires gréseux marins de l’Eocène moyen (-46 à -38 Ma   environ)

Accès

A gauche de l’accès sud à la Citadelle, à environ 50 mètres, des escaliers permettent de descendre dans les douves. On accède, par-là, à l’affleurement   « des douves sud », en sous-bassement de la muraille (figure 1), présentant des calcaires bioclastiques   et gréseux.
Nous observons ces calcaires tout au long du cheminement dans les douves, qui mène à la partie nord de la Citadelle. Au niveau des douves nord, l’affleurement   des calcaires fait apparaître le sens de progradation   des sédiments, avec des structures bien visibles que l’on appelle « clinoformes ».

Carte de localisation du site à visiter (© IGN, Convention N°0137/GIP ATGeRi)"
Carte de localisation du site à visiter (© IGN, Convention N°0137/GIP ATGeRi)

Localisation des affleurements décrits (© IGN 2009, Convention N°0137/GIP ATGeRi)"
Localisation des affleurements décrits (© IGN 2009, Convention N°0137/GIP ATGeRi)

Que voir ? Que conclure ?

Observation des calcaires marins gréseux de l’Eocène moyen (-46 à -38 Ma   environ)

Généralités

Ce calcaire forme le sommet de la formation des Calcaires de Blaye (Eocène moyen) constituée principalement de calcaires, calcaires gréseux et grès. Il présente plusieurs séquences de dépôts avec des litages   obliques et de fortes variations latérales, c’est-à-dire que le faciès   peut varier sur un même niveau.

Les Calcaires de Blaye représentent un aquifère   régional majeur avec les sables sous-jacents qui n’affleurent pas à Blaye mais qui évolue en continuité avec les calcaires.

Paléoenvironement

Ces dépôts calcaires attestent d’un environnement marin peu profond, de faciès   très variable dans l’espace et le temps, car situé près du littoral et donc soumis à des courants assez forts (stratifications inclinés, litages   obliques, clinoformes, chenaux). Les courants redistribuaient les sédiments marins bioclastiques   (à coquilles) et les sables grossiers amenés par les fleuves de l’Eocène.
Ces dépôts alternaient avec des phases d’érosion, parfois dues aux émersions (surface de discontinuité).

Illustrations

Parcourez les affleurements   en cliquant sur les vignettes ci-dessous et découvrez les explications géologiques et interprétations hydrogéologiques.

Figure 2 : Observation de séquences de dépôt

Figure 2 : Observation de séquences de dépôt

Géologie

Les séquences de dépôt observables sous la Citadelle présentent les caractéristiques suivantes :

  • un terme de base érosif, de nature calcaro-gréseuse, avec un caractère plus gréseux à sables graviers et intraclastes (éléments de la couche antérieure remaniée, constituée de calcaires argileux fins tendres formant le renfoncement de la base de la falaise),
  • un terme de sommet, calcaro-gréseux avec un caractère calcaire plus marqué riche en bioclastes (coquilles),
  • des litages obliques.

Cette photo, prise dans la fenêtre jaune de la figure 1, permet de visualiser quelques séquences constituant parfois des bancs conséquents, comme les bancs de calcaire plus durs reposant sur le sommet de la séquence précédente, constituée de dépôts plus fins, moins résistants à l’érosion.

Hydrogéologie

D’un point de vue hydrogéologique, les calcaires gréseux correspondent à un réservoir mixte, car il est fissuré et comporte des parties fines à porosité matricielle. Les variations importantes de faciès peuvent générer des variations localisées de perméabilité (aptitude à laisser passer l’eau). Des boyaux karstiques comblés sont observables le long de la Gironde, ainsi que des zones altérées et karstifiées sous la Citadelle.

Revenir en haut