13 - Formations alluviales du Quaternaire dans les vallées de l’Adour et de la Midouze

Département : Landes
Âge : entre -12 Ma et -70 000 ans
Formation : Miocène moyen / Pléistocène inférieur / Pléistocène moyen / Pléistocène supérieur
Carte géologique : 950 / 951









La thématique présentée dans ce parcours aborde l’hydrogéologie   des nappes   alluviales du Quaternaire, dans le sud de l’Aquitaine, et en particulier dans les vallées de l’Adour et de son principal affluent de rive droite, la Midouze.
Les ressources en eau souterraine superficielle sont abondantes et facilement accessibles dans cette région, dont la géologie est caractérisée par les formations réservoir, à faciès   silicoclastiques plus ou moins grossiers (galets, graviers et sables) des formations des Landes et des terrasses alluviales le long des fleuves et rivières.
Les formations quaternaires, déposées depuis 2 millions d’années environ, constituant les principaux réservoirs des nappes   superficielles très peu profondes, sont présentées, ainsi que certains imperméables les supportant qui existent dans le sud du département des Landes. Cependant elles ne sont que très rarement captées pour l’alimentation en eau potable   qui, dans ce secteur, au nord de la Chalosse, est principalement fournie par les nappes   captives du Miocène inférieur (Aquitanien et Burdigalien) se trouvant à faible ou moyenne profondeur (moins de 100 m).
Les nappes   libres (phréatiques) des alluvions quaternaires, qui sont les nappes   d’accompagnement des cours d’eau dont elles soutiennent les débits d’étiage en été et début d’automne, servent surtout pour l’irrigation, notamment à l’aide des grandes rampes d’aspersion sur pivot et les canons à eau pour le maïs. Comme les terrasses alluviales sont souvent en continuité latérale, en abaissement progressif vers les cours d’eau, les eaux qui les baignent sont en communication ne formant qu’une seule nappe   libre qui s’écoule vers la rivière. Quand les terrasses sont séparées de part et d’autre de la plaine alluviale actuelle, elles constituent autant de petites nappes  .
L’ensemble est supporté par des terrains imperméables que sont les puissantes formations molassiques continentales du Tertiaire, déposées entre -33 et -22 millions d’années, entre le début de l’Oligocène inférieur et le Miocène inférieur, ainsi que les Sables fauves du Miocène moyen, que cet itinéraire long de 40 km environ fait aussi découvrir.
Cette balade parcourt une petite partie des cartes géologiques de Tartas (n°950) et Mont-de-Marsan (n°951), dont les levers ont été réalisés par des géologues du BRGM Aquitaine et publiées en 1990.