7 - Site du Pont Pourquey (commune de Saucats)

Téléchargez la balade

Accès au site

Observation d’une coupe géologique sous la forme d’une falaise de 5 mètres, à l’aplomb du vallon du Saucats.

Accès

Depuis le centre de Saucats, emprunter la route D108 en direction de Le Barp. A la sortie du bourg, sur la droite, un chemin (route de Lassime) mène à une aire de stationnement pour les véhicules. Se rendre à pied sur le site du Pont Pourquey (à l’est du parking).

Voir aussi le plan des sites à l’arrêt n°4.

Carte de localisation du site à visiter (© IGN, Convention N°0137/GIP ATGeRi)"
Carte de localisation du site à visiter (© IGN, Convention N°0137/GIP ATGeRi)

Localisation des affleurements décrits (© IGN 2009, Convention N°0137/GIP ATGeRi)"
Localisation des affleurements décrits (© IGN 2009, Convention N°0137/GIP ATGeRi)

Que voir ? Que conclure ?

Observation d’une coupe géologique sous la forme d’une falaise de 5 mètres, à l’aplomb du vallon du Saucats.

Généralités

Le site historique de la réserve naturelle géologique de Saucats - La Brède, situé en rive gauche du Saucats et aujourd’hui inaccessible, était très connu et très fréquenté dans le département de la Gironde. Depuis le siècle dernier, il a fait l’objet de nombreuses fouilles et études.
Le site aménagé de nos jours est une falaise de 5 mètres, de faluns ou de sables calcaires très fossilifères, le long du Saucats, en amont du site historique. La macrofaune, très abondante, a des ressemblances notables avec une faune actuelle sénégalaise. Des ossements d’oiseaux appartenant aux ordres des palmipèdes et des échassiers (Procellornis, Plotornis, Sula), des fragments de carapaces de tortues, mais également des fossiles plus marins de poissons (restes de dents de barracudas, dorades), d’oursins (fragments de tests) et crustacés (pinces), laissent présumer l’existence d’une côte avec de petits golfes où s’accumulaient ces restes d’animaux.
Le cortège de minéraux lourds étudiés est comparable à celui rencontré dans l’Aquitanien, avec des grenats, des staurotides et des sphènes. Il faut noter la présence d’illite, de montmorillonite et quelques traces de kaolinite. La fraction comprise entre 160 µm et 50 µm est riche en muscovite et contient en plus faible quantité de la biotite et de la chlorite. Des niveaux, situés non loin du site aménagé, montrent un falun dont les coquilles sont recouvertes d’un dépôt de pyrite. Ces niveaux, très fouillés dans le passé, ont une sensibilité particulière.

Illustrations

Parcourez les affleurements   en cliquant sur les vignettes ci-dessous et découvrez les explications géologiques et interprétations hydrogéologiques.

Figure 1 : Site de Pont Pourquey (©Bourbon P., 2017)

Figure 1 : Site de Pont Pourquey (©Bourbon P., 2017)

Géologie

La faune rencontrée sur ce site est extrêmement riche, bien conservée et diversifiée (notamment plus de 350 espèces de mollusques - avec des ressemblances notables avec la faune actuelle sénégalaise, 24 espèces de bryozoaires, 5 espèces de balanes, 20 espèces de poissons avec des dents et des otolithes, et 8 espèces d’oiseaux marins). Dix espèces de coraux ont été trouvées. Ce dépôt a dû se former dans une baie avec des courants côtiers.

Description de la coupe géologique (de bas en haut) :

  • A - Sable calcaire fin : plus de 0,60 m. C’est un dépôt de couleur rouille, compact, avec des coquilles de bivalves très bien conservées (Mactra et Glycymeris cor). Le milieu représenté correspond à un faciès marin littoral.
  • B - Falun clair : 0,40 m. Ce falun est très riche (mollusques, dents de poissons…).
  • C - Sable calcaire fin : 1,30 m. De teinte claire, c’est un sable très fin avec une fraction calcaire voisine de 90 % et 10 % seulement d’éléments détritiques quartzeux. De la base au sommet de ce niveau, on note une augmentation du nombre des lentilles d’accumulation de coquilles. Ces lentilles sont de l’ordre du centimètre et dessinent des ondulations liées à des figures de courant. Quelques espèces de bivalves prédominent : Donax burdigalensis, Glycymeris cor et Tellina aquitanica. Pour les gastéropodes, on peut noter la présence d’Agaronia, Natica et Tudicla. Ces coquilles portent souvent les cicatrices et des trous dus à des organismes carnivores, mais il n’existe que peu de traces d’usure. Les espèces fossiles rencontrées sont apparentées à des faunes actuelles de type tropical, sur substrat sableux et vivant en zone marine littorale.
  • D - Falun blanchâtre : 0,30 m. Il est très coquillier. C’est la couche la plus diversifiée en espèces, très abondante en individus. On citera des espèces caractéristiques de mollusques, avec des bivalves, mais la grande majorité se situe au sein des gastéropodes. Les dents de poissons sont nombreuses, ainsi que des dentales, des groupes de vers à tubes calcaires, de nombreux restes d’oursins, des crustacés et des dentales. Le climat était encore de type tropical. Les espèces vivaient sur un substrat sableux, dans la zone littorale.
  • E - Sable calcaire fin : 1,70 m. Il est fin, compact, avec quelques passées coquillières (épaisseur 10 cm), de plus en plus espacées vers le haut. On peut noter quelques niveaux indurés et des galets argileux. Il montre de nombreuses figures sédimentaires : rides, chenaux… et des bioturbations (terriers…). De nombreux bivalves (Glycymeris, Donax) présents dans ces niveaux coquilliers sont brisés ou roulés. Il en est de même pour les gastéropodes. Des nautiles « Aturia » ont été retrouvés ainsi que quelques fragments de coraux (favites). Quelques espèces vivaient fixées sur substrat rocheux ou dur (Liostrea neglecta), mais la grande majorité reposait sur fond sableux.
  • F - Falun : 0,40 m. Datation par les isotopes du Strontium : 19,2 Ma. C’est un sable blanc - jaunâtre très fossilifère. La macrofaune alterne des formes marines plutôt roulées (Glycymeris, Lucina) avec des espèces saumâtres (Granulolabium, Perna) bien conservées. La tendance lagunaire s’intensifie vers le sommet de cette couche. La macrofaune est très bien conservée mais moins diversifiée que les niveaux précédents. Certains gastéropodes (Vitta picta) ont conservé leur couleur et leur ornementation. Le climat était de type tropical, et le substrat sableux à sablo - argileux.
  • G - Sable calcaire fin : 0,60 m. Il est assez homogène, blanc - jaunâtre et peu coquillier.
  • Sable des Landes : 0.40 m.

Revenir en haut