6 - Sablières du Chantier (commune de Lacanau-de-mios)

Où affleurent les sables fluviatiles moyen du Pléistocène moyen de la Formation de Marcheprime

Accès au site

Présentation de la Formation de Marcheprime, sables fluviatiles moyen du Pléistocène moyen

Accès

Soit par l’autoroute A63 ; soit en passant par Béliet et Le Barp, en empruntant d’abord la route N10 entre Béliet et Le Barp, puis la route D3, depuis Le Barp jusqu’aux sablières, situées aux abords de l’autoroute.

Que voir ? Que conclure ?

Présentation de la Formation de Marcheprime, sables fluviatiles du Pléistocène moyen, et du Sable des Landes d’origine éolienne

Géologie

La fin du comblement détritique   des Landes de Gascogne s’est déroulée jusqu’à la fin du Pléistocène. Ce processus s’est réalisé par le dépôt de deux assises superposées :

  • à la base des sables blanchâtres fluviatiles, très épais : les Formations de Castets et de Marcheprime, alimentées en grande partie par la reprise des sables de la Formation d’Onesse ;
  • au sommet des sables jaune clair éolisés, peu épais : le Sable des Landes. C’est cette dernière assise qui, en dérivant de la première par reprise éolienne, a recouvert l’ensemble des Landes de Gascogne d’un manteau uniforme et a donné naissance à des édifices dunaires épars à l’intérieur du plateau Landais.

Les sables fluviatiles de Castets occupent principalement l’ouest des Landes, ceux de Marcheprime s’étendent sur les Landes girondines, le pourtour du bassin   d’Arcachon et le Médoc.

Hydrogéologie  

Avec une porosité   pouvant atteindre 30 %, les sables de Castets et Marcheprime sont très perméables (roche meuble sans argile). Cependant leur proximité à la surface et la faible isolation par les argiles de la partie supérieure rendent cet aquifère   particulièrement vulnérable aux pollutions de surface, mais facile d’accès pour tous les ouvrages d’irrigation quelconque.

Illustrations

Parcourez les affleurements   en cliquant sur les vignettes ci dessous et découvrez les explications géologiques et interprétations hydrogéologiques.

Revenir en haut