5 - Consommation

>>> La consommation de l’eau en image



>>> Téléchargez la plaquette explicative de la Consommation de l’eau

Consommation figure 1a

Les usages de l’eau potable

L’eau potable, une fois acheminée, est utilisée pour un grand nombre d’activités : usages en logements privés et bailleurs sociaux, activités économiques, usages collectifs (piscine, école, arrosage…), sans compter les fuites après compteur et les pertes sur le réseau public. L’agriculture, quant à elle, utilise préférentiellement l’eau superficielle.

En Gironde, les usages domestiques ou assimilés représentent 66% des prélèvements pour l’alimentation en eau potable  , soit 80 millions de m3 prélevés chaque année.

Combien consomme-t-on ?

Un français consomme en moyenne 130 litres d’eau potable par jour. Le premier poste de consommation dans un logement est la salle de bain (40%) puis les WC (15%). Sachant qu’un robinet a un débit de 12 L/min et une douche de 18 L/min, les consommations domestiques sont très importantes :

  • bain = 150 à 200 litres
  • douche (5 min) = 70 à 100 litres
  • chasse d’eau = 10 litres (3 à 6 litres avec les chasses économiques)
  • lessive en machine = 60 à 80 litres (jusqu’à 130 L pour les modèles anciens)
  • vaisselle en machine = 25 à 40 litres (une vaisselle à la main consomme davantage)
  • arrosage du jardin = 15 à 20 litres par m2
  • robinet qui goutte = jusqu’à 100 litres/an

Nous buvons enfin 1,5 à 2 litres d’eau par jour.

Combien ça coûte ?

Le prix de l’eau varie considérablement d’une commune à l’autre : de quelques centimes d’euros à plus de 6 euros le mètre cube. Par exemple, le prix total du m3 pour la CUB (Communauté Urbaine de Bordeaux) est de 3,20 €. Ce tarif comprend : l’alimentation en eau potable   (captage  , pompage, traitement, distribution), les activités de dépollution des eaux usées (collecte, transport, stockage, épuration, retour au milieu naturel), les taxes et les redevances.

Une famille de quatre personnes consomme environ 130 à 185 m3 par an, soit une facture équivalente de 450 à 600 euros. Avec du matériel hydro-économe et des gestes adaptés, il est toutefois possible de baisser sa facture.

Patrick EISENBEIS M. EISENBEIS, SMEGREG (©CESEAU), Chargé de mission économie d’eau et document d’urbanisme, SMEGREG

Missions : animation départementale pour la diminution des prélèvements dans les nappes   profondes, intégration des recommandations du SAGE dans les documents d’urbanisme

« La priorité du Schéma d’Aménagement et de Gestion des Eaux Nappes   profondes de Gironde est d’optimiser les usages de l’eau potable. Pour diminuer les pertes dans les réseaux, un travail de diagnostic des réseaux de distribution a été mis en place avec une sectorisation, une politique de recherche de fuites et une programmation du renouvellement des réseaux.
Pour limiter les consommations, nous sensibilisons les particuliers via les Espaces Info Economie d’Eau, le site jeconomiseleau.org, et également les écoles, via le dispositif « L’Eau, un enjeu majeur ». Nous distribuons du matériel hydro-économe dans le cadre du projet européen Mac Eau. 80 000 kits vont être distribués aux habitants de la Gironde, ce qui va nous permettre de mesurer efficacement les économies d’eau réalisées. Nous accompagnons aussi les entreprises en fonction des demandes et les collectivités qui se doivent de montrer l’exemple. Nous les aidons à réduire leur consommation, notamment pour l’arrosage des espaces verts, en cherchant de nouvelles ressources ou en utilisant des plantes moins gourmandes en eau ».

Revenir en haut

Le parcours de l’eau : de sa source au robinet