6 - Sources de Neuffonds (commune de Casteljaloux)

Où affleurent les calcaires micritiques   lacustres   du Rupélien élevé (-30 Ma env. - âge Oligocène inférieur)

Accès au site

Observation des calcaires micritiques   lacustres   du Rupélien élevé (-30 Ma env. - âge Oligocène inférieur)

Accès

Depuis le centre de Casteljaloux et pour se rendre sur le site des sources, il faut prendre la petite route qui part vers le sud au niveau du croisement des routes de Nérac (D655) et de Villefranche-du-Queyran (D261). Cette route longe le flanc oriental de la vallée de l’Avance, pendant presque 3 km, pour arriver au site de La Forge où se trouvent les résurgences de Neuffonds.

Carte de localisation détaillée du site à visiter (© IGN, Convention N°0137/GIP ATGeRi)"
Carte de localisation détaillée du site à visiter (© IGN, Convention N°0137/GIP ATGeRi)

Localisation des affleurements décrits (© IGN 2009, Convention N°0137/GIP ATGeRi)"
Localisation des affleurements décrits (© IGN 2009, Convention N°0137/GIP ATGeRi)

Que voir ? Que conclure ?

Observation des calcaires micritiques   lacustres   du Rupélien élevé (-30 Ma env. - âge Oligocène inférieur)

Illustrations

Parcourez les affleurements   en cliquant sur les vignettes ci-dessous et découvrez les explications géologiques et interprétations hydrogéologiques.

Figure 3 : Vue de l'Avance au niveau du pont de la Forge, à l'aval de la pisciculture, alimenté par les résurgences de Neuffonds (Platel JP., 2014)

Figure 3 : Vue de l’Avance au niveau du pont de la Forge, à l’aval de la pisciculture, alimenté par les résurgences de Neuffonds (Platel JP., 2014)

Hydrogéologie

Ce calcaire, ici très karstifié, correspond à un bon réservoir, plus ou moins captif, dans lequel les eaux circulent assez rapidement. Alimentées par drainance [1] descendante au sein des sables quaternaires et par des pertes du ruisseau Avance en amont, le site correspond à un ensemble de résurgences pérennes, dont le débit total moyen est considérable (plusieurs centaines de m3/h - figure 3). C’est pourquoi depuis les temps les plus reculés, des industries nécessitant la force hydraulique (« moulins ») se sont succédées sur ce site : ce fut d’abord un moulin à battre le blé vers 1325, puis un martinet à cuivre, puis une forge qui ferma en 1859, et enfin une papeterie à Vallondeau remplacée depuis 1970 par une scierie et fabrique de caissettes.
Le site est actuellement occupé par une grande pisciculture. Des débits de plus de 200 m3/h ont pu aussi être obtenus dans certains forages situés 4 km au sud du site de Neuffonds (secteur de Pompogne).

Revenir en haut