quelques définitions de termes d’un système karstique


un conduit

C’est un drain vertical ou horizontal faisant transiter l’eau d’un point à un autre et résultant de l’élargissement de fissures ou d’inter-strates. Les conduits sont différenciés en fonction de leur inclinaison et de leur taille : galeries, puits et salles.

un poljé

Ce sont des dépressions fermées de grande dimension (quelques centaines de mètres à plusieurs kilomètres), plus longues que larges. Les poljés constituent de vastes plaines dont le fond est généralement occupé par des dépôts insolubles qui constituent des terrains fertiles et cultivés, au milieu de l’aridité habituelle des terrains calcaires. Ils ont le plus souvent une origine tectonique (liés à des fossés d’effondrement ou à des plis coffrés).
logo karst

un siphon

C’est une galerie naturelle ennoyée.

une zone d’infiltration   rapide

La partie supérieure de la zone non saturée  , constituée d’une couche altérée pouvant faire plusieurs mètres d’épaisseur, présente une perméabilité   plus importante. Cette partie appelée épikarst permet aux eaux de pluie de disparaître rapidement dans le sous-sol et de rester temporairement stockées avant de s’infiltrer plus en profondeur. L’infiltration   de l’eau vers la zone noyée s’effectue soit rapidement au travers de conduits verticaux, soit plus lentement (fissures faiblement ouvertes).

une zone noyée

Cette zone se développe principalement à l’aval, sans nécessairement s’étendre à l’ensemble du massif. Elle comprend une structure drainante (drains) qui évacue vers l’exutoire l’eau de la zone saturée, elle-même alimentée par l’eau transitant à travers la zone non saturée  . Latéralement aux structures de drainage, sont situées les zones capacitives de l’aquifère   appelées « systèmes annexes au drainage » (Mangin, 1975). Selon le degré d’organisation des écoulements, ces systèmes annexes au drainage peuvent être constitués par des fissures élargies saturées ou de véritables cavités représentant des volumes importants.

Revenir en haut