4 - Fontaine chaude (commune de Dax)

Où l’on observe la source   à l’origine de la Fontaine chaude de Dax, dont les eaux proviennent de calcaires dolomitisés du Crétacé supérieur

Accès au site

Présentation de la source   à l’origine de la Fontaine chaude de Dax, dont les eaux proviennent de calcaires dolomitisés du Crétacé supérieur

La fontaine se situe dans le centre-ville de Dax.

Que voir ? Que conclure ?

Présentation de la source   à l’origine de la Fontaine chaude de Dax, dont les eaux proviennent de calcaires dolomitisés du Crétacé supérieur

Consultez l’article du magazine du Sud-Ouest du 16 mars 2013 : « Pourquoi la Fontaine-Chaude est-elle chaude ? »

Généralités

Le premier nom de la ville fut Aquae Tarbellicae, qui signifie « les eaux des Tarbelles », du nom du peuple aquitain, proche des Vascons. Le nom de la ville deviendra successivement Acqs, d’Acqs, puis enfin Dax. A son emplacement actuel, s’étendait auparavant une cité lacustre  . Peu à peu, les apports de l’Adour comblèrent le lac, et la cité, d’abord bâtie sur pilotis, put s’étendre sur la terre ferme.

Figure 3 : Coupe géologique schématique passant par la Fontaine chaude - Dax

Figure 3 : Coupe géologique schématique passant par la Fontaine chaude - Dax

zéro de l’échelle horizontale au niveau de la Fontaine - zéro de l’échelle verticale au niveau de l’Adour à l’étiage

Hydrogéologie

La ville de Dax est construite à la périphérie de la même remontée diapirique que celle à l’origine de la ride de Tercis. Comme dans la plupart des cas, ce n’est pas un hasard, les flancs du diapir sont favorables aux remontées d’eaux thermales. Ainsi les eaux de la fameuse Fontaine Chaude proviennent-elles de formations aquifères anciennes, déformées jusqu’à parvenir à la surface. Les eaux habituellement captives sont alors libérées pour le plus grand bonheur des curistes.

La coupe de la figure 3 schématise l’ensemble des formations sédimentaires, aquifères ou non, déformées par le diapir.
Les couches les plus proches du diapir sont les plus inclinées, les couches de l’Eocène au Miocène sont étirées et amincies par le plissement. Les calcaires fissurés du Crétacé, coincées entre les argiles salifères du diapir et les marnes de l’Eocène inférieur, contiennent les eaux thermales. Ces eaux proviennent de l’infiltration des eaux de pluie en bordure sud et est du bassin Aquitain. En regagnant les profondeurs, elles se réchauffent et s’enrichissent en sels minéraux au contact de la roche.

Revenir en haut