RESSOURCES en EAU SOUTERRAINE dans les CHAINONS BEARNAIS (Pyrénées-Atlantiques, France). Géométrie et fonctionnement hydrogéologique de quatre aquifères carbonatés [F. Rey, 2007]

Téléchargez la thèse de Fabrice Rey

La soutenance de thèse de Fabrice Rey (doctorant) s’est déroulée le 29 octobre 2007.
Le travail de recherche a été effectué à l’Institut Ghymac - Géosciences-Hydrosciences-Matériaux-Constructions de l’Université Bordeaux I.

Titre de la thèse : « Ressources en eau souterraine dans les chaînons béarnais (Pyrénées-Atlantiques, France). Géométrie et fonctionnement hydrogéologique de quatre aquifères   carbonatés. » par Fabrice Rey

Thèse de Doctorat - Université Sciences et Technologies - Bordeaux I (29/10/2007).
Directeur : Joëlle Riss

Résumé : Ce travail concerne l’étude hydrogéologique de quatre sources situées dans les chaînons béarnais (Pyrénées-Atlantiques). Afin d’améliorer la connaissance de la géométrie et du fonctionnement de ces aquifères  , une approche pluridisciplinaire a été choisie. Des expérimentations géophysiques et un suivi hydrogéochimique, couplés à des campagnes de terrain, ont ainsi été mises en œuvre. Dans un premier temps, une étude statistique des paramètres climatiques de la région a montré une hausse significative de la température depuis cinquante ans, qui s’accentue depuis les années 70. A partir des images de résistivité électrique et des mesures de la fracturation des massifs carbonatés, la géométrie des contacts géologiques et la structure des aquifères   ont pu être définies. De plus, il a été possible d’identifier la présence systématique d’un niveau argileux continu le long de la limite sud des aquifères   locaux. Les bassins d’alimentation de la plupart des sources des chaînons béarnais sont ainsi limités par cet écran imperméable au sud et par les marnes de l’Albien au nord. L’analyse de l’évolution des paramètres physico-chimiques mesurés au cours de deux cycles hydrologiques, a permis de mettre en évidence deux fonctionnements distincts. Deux sources émergent d’un aquifère   karstique   tandis que les deux autres sont issues d’un aquifère   de type fissuré. Les différences de variation des ions majeurs et des isotopes stables (13C) illustrent de courts temps de résidence au sein des systèmes karstiques   et le caractère inertiel des aquifères   carbonatés fissurés. De plus, l’analyse des relations conductivité/turbidité   a fourni des informations sur le degré de karstification des deux systèmes karstiques   et sur leur fonctionnement hydrodynamique. En conclusion, ce travail apporte un point de vue nouveau sur la gestion de l’eau dans ce secteur et a permis de proposer un modèle d’étude qui aide à la caractérisation des ressources en eau souterraine de la région.

Mots-clés : Aquifère   carbonaté fissuré - karst   - bassin   d’alimentation - hydrochimie - isotopes - traçages colorés - panneaux électriques - géologie structurale - chaînons béarnais

Revenir en haut

Thèses