Aquifères calcaires karstifiés libres du Jurassique moyen et supérieur

Description

Carte AG syst aqui jurassique
Les séries calcaires, déposées au Jurassique moyen (Dogger) et supérieur (Malm) sur une grande partie du bassin   Adour-Garonne, affleurent dans le nord du bassin   Adour-Garonne, sur la moitié nord du département de la Charente, mais également dans les Causses du Quercy (Lot) et les Grands Causses (Aveyron). Ces niveaux s’enfoncent en direction du sud-ouest sous les dépôts du Crétacé et du Tertiaire. L’épaisseur de cette formation varie de 200 à 300 m en fonction des secteurs.

Ces calcaires sont fréquemment karstifiés et renferment des aquifères   de grande extension qui reposent sur les marnes du Toarcien. Il s’agit en fait d’aquifères   multicouches, séparés par des formations perméables à semi-perméables.

Ces aquifères   karstiques  , localement très productifs, sont intensément exploités pour l’usage AEP  , mais également agricole dans le secteur charentais.

Etat de la nappe   d’eau souterraine

Vous trouverez ci-dessous les bilans des niveaux d’eaux souterraines, établi chaque mois, pour le Bulletin de Surveillance Hydrologique.

  • Etat en août 2019 : A l’échelle du système aquifère   et comme dans tout le reste du bassin  , le mois d’août 2019 se caractérise par des niveaux en baisse et modérément bas, comme les mois précédents. Localement, la situation est contrastée.
    Les niveaux sont bas à très bas pour les sources des Causses du Quercy ; une situation plus critique qu’en août 2017. En particulier, la source de la Gourgue à Saint-Antonin-Noble-Val (82, est du département) a fait l’objet d’importants prélèvements, qui ont fait passer son niveau près de 25 cm sous le niveau d’étiage moyen. L’influence des prélèvements estivaux pour l’AEP   n’avait pas été autant marquée depuis 2013, et atteint les niveaux records de 2012. Les niveaux se sont toutefois stabilisés au mois d’août pour les deux autres sources des Causses du Quercy (le Blagour et le Lantouy). C’est également le cas pour la source des Grands Causses de Muret-le-Château (ruisseau des Bardels), où les niveaux passent de modérément hauts à très hauts.
    Dans la partie charentaise, les niveaux piézométriques restent orientés à la baisse, mais varient de modérément bas à Ruffec (16, nord Angoulême), à modérément hauts à Ballans (17, nord-ouest Angoulême). Pour le piézomètre de Saint-Projet (16, nord-est Angoulême), présentant les fluctuations les plus importantes du système, sous réserve de la validité des données, le niveau a brutalement chuté depuis fin juin : près de 15 m, malgré un petit épisode de recharge fin juillet. Il est désormais inférieur de 5 m au niveau d’étiage moyen. A Ruffec et Ballans, le niveau reste proche du niveau d’étiage moyen.
    Aquifères calcaires karstifiés libres du Jurassique moyen et supérieur - nord
    Aquifères calcaires karstifiés libres du Jurassique moyen et supérieur - nord


    Aquifères calcaires karstifiés libres du Jurassique moyen et supérieur - sud
    Aquifères calcaires karstifiés libres du Jurassique moyen et supérieur - sud
  • Etat en juillet 2019 : A l’échelle du système aquifère   et comme dans tout le reste du bassin  , le mois de juillet 2019 se caractérise par des niveaux en baisse et modérément bas, comme les mois précédents. Localement, la situation est contrastée. Les niveaux sont bas à très bas pour les sources des Causses du Quercy, une situation plus critique qu’en juillet 2017 ; alors qu’ils sont soit modérément bas, soit modérément hauts pour les sources des Grands Causses et les piézomètres charentais. Le seul indicateur ponctuel présentant un niveau stable dans le bassin   est la source du Cernon (12, sud Millau) au sud des Grands Causses.
    Pour le piézomètre de Saint-Projet (16, nord-est Angoulême), présentant les fluctuations les plus importantes du système, sous réserve de la validité des données, le niveau a brutalement chuté depuis fin juin : près de 13 m avant un petit épisode de recharge fin juillet. Il est désormais inférieur au niveau d’étiage moyen. A Ruffec (16, nord Angoulême), le niveau reste proche du niveau d’étiage moyen, comme c’est également le cas pour les sources des Causses. Le niveau de celles-ci est toutefois rapidement impacté par les précipitations, ce qui n’a pas été le cas en ce mois de juin.
  • Etat en juin 2019 : A l’échelle du système aquifère   et comme dans la plus grande partie du bassin  , le mois de juin 2019 se caractérise par des niveaux en baisse et modérément bas, comme les mois précédents. Localement, la situation est contrastée, avec des niveaux plus bas sur la partie nord des Causses du Quercy et des niveaux proches de la moyenne dans la partie charentaise, autour d’Angoulême, où des épisodes de recharge ont été mesurés en juin. Un peu plus au nord, à Ruffec, le niveau se rapproche du niveau d’étiage moyen, comme c’est également le cas pour les sources des Causses, à l’exception de la Gourgue. Le niveau de celles-ci est toutefois rapidement impacté par les précipitations, ce qui n’a pas été le cas en ce mois de juin.
  • Etat en mai 2019 : Comme au mois d’avril, la situation est contrastée, en mai, en termes d’évolution des niveaux : ils restent orientés à la baisse dans les piézomètres charentais, alors que les niveaux se sont stabilisés, voire sont à la hausse (Les Bardels) dans les sources des Causses, plus réactives aux précipitations. En termes de niveaux, la situation est également contrastée, mais reste identique à celle du mois d’avril dans la partie charentaise : les niveaux restent compris entre proches de la moyenne (Saint-Projet, où de petits épisodes de recharge sont observables) et modérément bas (Ballans, Ruffec). Pour les Causses, la recharge liée aux précipitations de mai a permis ponctuellement d’améliorer la situation. Les niveaux passent de très bas à bas à l’est de Cahors (Le Lantouy) et de modérément bas à proches de la moyenne à l’ouest des Grands Causses (Les Bardels). Ailleurs, la situation n’évolue pas. Ainsi, deux des trois indicateurs des Causses du Quercy (Le Lantouy, Le Blagour) présentent des niveaux bas, quand le troisième présente des niveaux modérément bas (La Gourgue), tout comme au sud des Grands Causses (Le Cernon). A l’échelle du système aquifère   et comme dans la plus grande partie du bassin  , le mois de mai se caractérise par des niveaux en baisse et modérément bas, comme les mois précédents.
  • Etat en avril 2019 : Alors que la tendance à la baisse était générale en mars, la situation est contrastée en avril : les niveaux restent orientés à la baisse sur les piézomètres charentais, alors que les niveaux se sont stabilisés, voire sont à la hausse (Lantouy) sur les sources des Causses, plus réactives aux précipitations. En terme de niveaux, la situation est également contrastée, mais reste très semblable à celle du mois de mars. Dans la partie charentaise, ils restent compris entre proches de la moyenne (St-Projet) et modérément bas (Ballans, Ruffec). Pour les Causses, malgré la recharge liée aux précipitations d’avril, ils restent très bas à l’est de Cahors (Lantouy) et modérément bas dans les Grands Causses (Bardels, Cernon). Ils passent même de modérément bas à bas au nord des Causses du Quercy (Souillac). A l’échelle du système aquifère   et comme dans la plus grande partie du bassin  , le mois d’avril se caractérise par des niveaux en baisse et modérément bas, comme au mois de mars.
  • Etat en mars 2019 : La tendance à la hausse (quasi-)générale en décembre 2018 et février 2019 s’est inversée, même s’il faut noter qu’entre temps, les niveaux ont baissé en janvier sur toutes les sources des Causses : les niveaux sont désormais en baisse pour les huit indicateurs pour ce mois de mars. La situation est plus contrastée en terme de niveaux. Dans la partie charentaise, ils restent proches de la moyenne à l’est (Ruffec, Saint-Projet) et sont désormais modérément bas plus à l’ouest (Ballans). Pour les Causses, où les niveaux étaient modérément hauts à proches de la moyenne en février, ils sont désormais partout modérément bas, à l’exception de la source du Lantouy, à l’est de Cahors, où les niveaux sont très bas. A l’échelle du système aquifère   et comme dans la plus grande partie du bassin  , le mois de mars 2019 se caractérise par des niveaux en baisse et modérément bas, alors qu’ils étaient proches de la moyenne et modérément hauts les mois précédents.
  • Etat en février 2019 : La tendance à la hausse était déjà quasi-générale en décembre 2018. Elle est désormais générale en février 2019, même s’il faut noter qu’entre temps, les niveaux ont baissé en janvier dans toutes les sources des Causses. Dans ce secteur, les niveaux restent toutefois plus élevés, puisqu’ils sont majoritairement modérément hauts. Ils sont proches de la moyenne dans le sud des Grands Causses et le nord des Causses du Quercy, rejoignant ainsi la tendance observée sur tous les indicateurs charentais. A l’échelle du système aquifère   et comme ailleurs dans le bassin  , le début d’année 2019 se caractérise par des niveaux en hausse et globalement proches de la moyenne, alors que le début de la période de recharge avait permis d’atteindre des niveaux modérément hauts.
  • Etat en octobre 2018 (bilan au 09/11/2018) : Deux tendances distinctes se dessinent : les niveaux sont toujours orientés à la baisse sur la partie charentaise, mais ils sont stabilisés pour les sources des Causses du Quercy et des Grands Causses. Ils sont même orientés à la hausse dans le sud du Quercy. Comme au mois de septembre, les niveaux sont contrastés, variant de très bas à modérément hauts. Ils ont peu varié pour les sources des Causses : très bas dans la partie centrale du Quercy, modérément bas plus au nord, proches de la moyenne dans les Grands Causses et modérément hauts dans le sud du Quercy, où la tendance à la hausse s’observe sur l’IPS. Inversement, dans la partie charentaise, qui présentait les niveaux les plus hauts entre juin et août, les niveaux sont désormais modérément bas à bas. La baisse des niveaux s’y poursuit de manière constante, dans l’attente d’épisodes pluvieux permettant d’entamer la période de recharge. A l’échelle du système aquifère  , en raison de ces disparités locales, les niveaux restent proches de la moyenne.
  • Etat en septembre 2018 (bilan au 05/10/2018) : Les calcaires karstifiés libres du Jurassique moyen et supérieur forment le seul système aquifère   du bassin   où la tendance à la baisse des niveaux n’est pas aussi généralisée. Si la tendance est bien à la baisse sur la partie charentaise et le sud des Causses du Quercy et des Grands Causses, les niveaux se sont stabilisés pour les sources de la partie septentrionale et centrale des Causses du Quercy et la partie occidentale des Grands Causses. Les niveaux sont contrastés, variant de très bas à modérément hauts, avec une tendance à des niveaux moins hauts qu’au mois d’août. Les niveaux les plus bas sont toujours enregistrés pour les sources des Causses du Quercy, où ils varient entre très bas dans la partie centrale et modérément bas au nord et au sud. Inversement, les niveaux restent modérément hauts pour les sources des Grands Causses, même s’ils étaient plutôt hauts à très hauts il y a un mois. La tendance est comparable pour la partie charentaise, où les niveaux sont désormais proches de la moyenne à modérément hauts. Cette spatialisation des niveaux confirme les observations des deux mois précédents, mettant en évidence des niveaux plus bas dans les Causses du Quercy. A l’échelle du système aquifère  , les niveaux sont désormais proches de la moyenne, alors qu’ils étaient encore hauts en juin et juillet.
  • Etat en août 2018 (bilan au 05/09/2018) : C’est le seul système aquifère   du bassin   où la tendance à la baisse des niveaux n’est pas observée sur tous les indicateurs ponctuels. Si la tendance est bien à la baisse sur trois quarts des indicateurs, elle est déjà à la stabilité des niveaux pour les sources du nord-ouest des Grands Causses et la nappe   au sud-est de la Charente. Les niveaux sont contrastés, variant de bas à très hauts, avec de fortes disparités locales. Ainsi, les niveaux les plus bas sont enregistrés pour les sources des Causses du Quercy, où ils varient entre bas (et même proches de très bas dans la partie centrale) et modérément bas. Inversement, les niveaux restent hauts à très hauts pour les sources des Grands Causses. La tendance est comparable pour la partie charentaise, où les niveaux sont modérément hauts à très hauts. Cette spatialisation des niveaux confirme les observations des deux mois précédents, et en particulier celles du mois de juillet, mettant en évidence des niveaux plus bas dans les Causses du Quercy. A l’échelle du système aquifère  , les niveaux sont désormais modérément hauts, alors qu’ils étaient hauts en juin et juillet.
  • Etat en juillet 2018 (bilan au 07/08/2018) : Le système aquifère   est marqué par une tendance à la baisse ou à la stabilité des niveaux depuis le mois de février. Si cette tendance était contredite par une hausse des niveaux dans la partie charentaise du système aquifère   au mois de juin, la baisse est cette fois généralisée à l’ensemble des indicateurs ponctuels. Les niveaux sont contrastés, variant de bas à très hauts, avec de fortes disparités locales. Ainsi, les niveaux les plus bas sont enregistrés pour les sources des Causses du Quercy, où ils varient entre bas et proches de la moyenne. Inversement, les niveaux restent hauts à très hauts pour les sources des Grands Causses. La tendance est comparable pour la partie charentaise, où les niveaux sont modérément hauts à très hauts. Globalement, cette spatialisation des niveaux confirme les observations des deux mois précédents, mettant en évidence des niveaux plus bas dans les Causses du Quercy. A l’échelle du système aquifère  , les niveaux restent toutefois hauts.
  • Etat en juin 2018 (bilan au 09/07/2018) : Le système aquifère   des calcaires karstifiés libres du Jurassique moyen et supérieur est marqué par une tendance à la baisse ou à la stabilité des niveaux depuis le mois de février 2018. Si cette tendance à la baisse ou à la stabilité se confirme pour les sources des Causses du Quercy et des Grands Causses, les précipitations de début juin ont entraîné une hausse des niveaux dans la partie charentaise du système aquifère  . Globalement, la tendance est donc à la stabilité pour ce système aquifère  , mais avec des caractéristiques locales bien marquées. Les niveaux sont contrastés, variant de modérément bas à très hauts. Là encore, un découpage géographique du système aquifère   permet de mieux appréhender les particularités locales : si les niveaux sont modérément hauts à très hauts, et majoritairement très hauts, dans la partie charentaise et dans les Grands Causses, ils sont proches de la moyenne dans la partie centrales et méridionale des Causses du Quercy et même modérément bas dans la partie septentrionale. A l’échelle du système aquifère  , la tendance globale est à des niveaux hauts.
  • Etat en mai 2018 (bilan au 10/06/2018) : Le système aquifère   est marqué par une tendance à la baisse ou à la stabilité des niveaux depuis le mois de février. Contrairement aux autres systèmes du bassin  , la tendance majoritaire à la baisse de ce mois de mai n’est donc pas une nouveauté. Pour les sources des Causses du Quercy et des Grands Causses, la tendance est cependant plus contrastée, puisque trois des cinq indicateurs sont stables, voire en hausse. Les niveaux sont majoritairement proches de la moyenne à modérément hauts. La seule exception concerne le sud des Grands Causses, où les niveaux sont hauts. Ainsi, la tendance globale est à des niveaux modérément hauts et en baisse. Enfin, les données de l’indicateur ponctuel de la partie charentaise la plus septentrionale ont dû être écartés jusqu’au 22 mai 2018. Cet indicateur présentait des niveaux plus bas que les autres indicateurs charentais depuis le début de l’année 2018. Une hausse brutale des niveaux le 22 mai et la comparaison avec un piézomètre voisin au comportement habituellement similaire laisse penser à un dysfonctionnement ces derniers mois.
  • Etat en avril 2018 (bilan au 14/05/2018) : Pour le mois d’avril, aussi bien les niveaux piézométriques que les débits des sources des calcaires karstifiés libres du Jurassique moyen et supérieur sont orientés à la baisse sur l’ensemble de la zone, à l’exception de deux indicateurs ponctuels (sud des Grands Causses et partie charentaise la plus septentrionale) où les niveaux restent stables. Dans ce dernier secteur, les niveaux restent modérément bas, une tendance comparable à celle des mois précédents. Ailleurs, les niveaux varient entre proches de la moyenne et hauts, pour une tendance globale à des niveaux modérément hauts.
  • Etat en mars 2018 (bilan au 06/04/2018) : Les niveaux piézométriques, aussi bien que les débits des sources, se sont stabilisés sur l’ensemble de la zone, avec des secteurs où la tendance est même à la baisse (partie charentaise occidentale et limite méridionale des Causses du Quercy). Globalement, grâce à la forte recharge hivernale, les niveaux sont modérément hauts, parfois hauts. La seule exception concerne comme en février la partie charentaise septentrionale, où les niveaux sont désormais bas.
  • Etat en février 2018 (bilan au 09/03/2018) : Pour le mois de février, les niveaux piézométriques sont à la hausse sur la partie charentaise du système aquifère  , mais sont orientés à la baisse sur les sources des Causses du Quercy et des Grands Causses. La forte pluviométrie enregistrée depuis décembre 2017 permet toutefois d’enregistrer des niveaux globalement modérément hauts. Localement (sud du Quercy et des Charentes), ils peuvent être plus hauts. Inversement, ils restent modérément bas dans la partie charentaise septentrionale.

Accédez aux archives.

Revenir en haut