Nappe du Plio-Quaternaire aquitain

Description

Ce système aquifère   libre correspond à un vaste ensemble multi-couches, sablo-argileux, composé par les formations du Miocène supérieur au Quaternaire. Ce multicouche essentiellement sableux, entre Gironde-Garonne-Adour-Midouze et littoral, correspond au Sables des Landes, au Plio-quaternaire, aux aquifères   semi-captifs du Pliocène et du Miocène.

Cet aquifère   qui s’épaissit d’est en ouest (où il peut atteindre une centaine de mètres) constitue un réservoir aquifère   très étendu, à nappe   libre drainée par les rivières, ruisseaux et canaux artificiels. Il s’écoule en direction de la Garonne pour une faible part, et surtout vers l’ouest où il alimente les étangs alignés de Hourtin, Lacanau, Cazaux, Parentis, etc.

Il faut noter le rôle de relais de cette nappe   directement alimentée par les pluies, qui alimente à son tour, pour l’essentiel, les nappes   des couches du Miocène, et de l’Oligocène sous-jacents. Sa recharge   est rapide et d’une année sur l’autre, les réserves sont généralement reconstituées.

La grande majorité des forages est utilisée pour l’agriculture. Cet aquifère   est aussi utilisé pour la défense contre l’incendie, l’arrosage individuel et collectif. Il est particulièrement vulnérable (teneurs en nitrates  , pesticides, fer élevées).

Etat de la nappe   d’eau souterraine

Vous trouverez ci-dessous les bilans des niveaux d’eaux souterraines  , établi chaque mois, pour le Bulletin de Surveillance Hydrologique.

  • Etat en juillet 2017 (bilan au 07/08/2017) : Après une courte phase de baisse généralisée des niveaux des nappes   du Plio-Quaternaire en juin, la tendance est contrastée au mois de juillet sur les indicateurs ponctuels. Ce phénomène s’explique par les fortes précipitations de la fin juin, qui ont entraîné une recharge   de 50 à 60 cm dans la partie occidentale de la nappe  . Cette recharge   ponctuelle a permis de stabiliser, voire de faire monter les niveaux à l’échelle de la moyenne mensuelle. Plus à l’est, le phénomène est moins marqué (0 à 25 cm de recharge  ) et la tendance reste à la baisse des niveaux. Dans ce secteur, les niveaux restent bas à modérément bas. Par contre, dans la zone fortement rechargée à la suite des précipitations de fin juin, les niveaux sont autour de la moyenne à très hauts. A l’échelle de l’indicateur global, les niveaux sont donc autour de la moyenne.
  • Etat en mai 2017 (bilan au 12/06/2017) : Alors que l’évolution des niveaux des nappes   du Plio-Quaternaire était assez contrastée en avril 2017, la tendance étant localement à une poursuite de la hausse ou à la baisse, les niveaux se sont partout stabilisés en mai. Dans la partie septentrionale, au nord du bassin   d’Arcachon, et dans la partie méridionale, appartenant au bassin   versant de l’Adour, les niveaux sont modérément bas à proches de la moyenne ; une tendance qui se maintient depuis le mois de mars. Dans la partie centrale de l’ensemble Plio-Quaternaire, à l’est et au sud du bassin   d’Arcachon, les niveaux restent par contre très bas, comme depuis le début de l’année 2017.
  • Etat en avril 2017 (bilan au 05/05/2017) : L’évolution des niveaux des nappes   du Plio-Quaternaire est assez contrastée en avril : la hausse entamée en début d’année se poursuit au sud du bassin   d’Arcachon, tandis que les niveaux s’orientent à la baisse dans la partie septentrionale de l’entité. Dans cette zone, les niveaux, modérément bas à proches de la moyenne après la forte recharge   de mars, sont désormais bas à modérément bas. Un peu plus au sud, malgré la hausse des niveaux, ceux-ci restent très bas, comme ces derniers mois. Dans la partie méridionale de l’entité, appartenant au bassin   de l’Adour, la poursuite de la recharge   a au contraire permis de retrouver des niveaux proches de la moyenne.
  • Etat en mars 2017 (bilan au 06/04/2017) : La hausse du niveau des nappes   du Plio-Quaternaire, entamée en début d’année 2017, s’est poursuivie en mars. Les niveaux redeviennent modérément bas à moyens, au nord et au sud de la nappe  , mais restent très bas dans sa partie centrale.
  • Etat en février 2017 (bilan au 09/03/2017) : Le niveau des nappes   du Plio-Quaternaire, stabilisé fin 2016, est reparti à la hausse en ce début d’année 2017. Suivant les secteurs, cette tendance a démarré entre début janvier et début février. Les niveaux restent cependant très bas du fait du déficit de pluviométrie dans les mois précédents.
  • Etat en décembre 2016 (bilan au 05/01/2017) : Le niveau des nappes   s’est globalement stabilisé depuis novembre, lequel avait connu une légère hausse des niveaux suite à quelques épisodes pluvieux. Le déficit record de pluviométrie en France en décembre 2016 a cependant entraîné une quasi absence de recharge   des nappes   du Plio-Quaternaire qui s’est traduite par des niveaux inférieurs voire très inférieurs à la normale.
  • Etat en octobre 2016 (bilan au 07/11/2016) : Globalement, les niveaux piézométriques apparaissent stables depuis le mois de septembre, au cours duquel une baisse générale de la piézométrie   avait été observée ; les nappes   atteignant probablement leur maximum d’étiage. Depuis mi-septembre, un ressaut de recharge   a semblé mettre fin à la phase de tarissement, les niveaux se sont ensuite maintenus en octobre, avec par endroits une légère hausse. Les niveaux atteints par la nappe   en octobre restent normaux, voire inférieurs à la normale.
  • Etat en août 2016 (bilan au 06/09/2016) : Les niveaux du Plio-Quaternaire ont continué de baisser durant le mois d’août pour atteindre des hauteurs d’eaux qui restent toutefois ceux observés généralement à cette période de l’année. En certains endroits, les niveaux apparaissent même supérieurs à la normale.
  • Etat en juillet 2016 (bilan au 05/08/2016) : La nappe   du Plio-Quaternaire a été impactée par la pluviométrie déficitaire du mois de juillet en Aquitaine et ses niveaux ont montré une baisse nette et continue, sans doute favorisée par les premières campagnes d’irrigation. Toutefois, les niveaux piézométriques restent à globalement supérieurs à ceux observés habituellement à cette période de l’année.
  • Etat en juin 2016 (bilan au 05/07/2016) : Les niveaux de juin 2016 se sont stabilisés par rapport à mai. Cette stabilité permet aux nappes   d’atteindre des niveaux qui globalement sont supérieurs à ceux observés habituellement à cette période de l’année, exception faite du piézomètre   de Saucats qui apparait statistiquement inférieur à la normale. Ceci est toutefois à relativiser car les niveaux de juin pour ce piézomètre   sont, en 2016, semblables à ceux observables depuis une dizaine d’années.
  • Etat en mai 2016 (bilan au 06/06/2016) : Les niveaux de mai 2016 apparaissent relativement stables par rapport à avril. Cette stabilité est induite par les épisodes pluvieux de fin de mois qui ont permis une remontée du niveau de la nappe   alors qu’elle était en phase de baisse, depuis la fin du mois d’avril. Les niveaux observés restent globalement semblables, voire supérieurs à ceux habituellement constatés à cette période de l’année.
  • Etat en avril 2016 (bilan au 10/05/2016) : Les niveaux d’avril 2016 sont restés relativement stables par rapport à ceux de mars 2016. Toutefois sur la majeure partie des piézomètres, on observe une légère baisse en fin de mois. La nappe   du Plio-Quaternaire aquitain se retrouve malgré tout à des niveaux globalement supérieurs à la normale.
  • Etat en mars 2016 (bilan au 05/04/2016) : Les niveaux de mars 2016 se sont stabilisés par rapport à février. La très bonne recharge   de début d’année permet d’observer des niveaux globalement supérieurs à la normale. Sur la majeure partie des piézomètres de la nappe   du Plio-Quaternaire, on constate cependant une phase de baisse des niveaux qui s’est amorcée depuis mi-mars. Celle-ci laisse présager d’une fin de la période de recharge   hivernale.
  • Etat en février 2016 (bilan au 07/03/2016) : Le déficit prononcé en fin d’année 2015 a été compensé par d’importants épisodes pluvieux en ce début 2016. Le cumul pluviométrique de janvier, 2 à 3 fois supérieur à la normale sur la majeure partie du bassin   Adour-Garonne, a permis une très bonne recharge   des nappes   qui se traduit aujourd’hui par des niveaux supérieurs à la normale.
  • Etat en décembre 2015 (bilan au 07/01/2016) : Comme pour les alluvions de la Garonne aval, le niveau des nappes   des sables du Plio-Quaternaire ont peu évolué entre novembre et décembre 2015. Ils ont poursuivi une phase de stabilisation, amenant les niveaux à des valeurs très inférieures à la normale pour cette période de l’année, qui connaît habituellement un début de recharge  . Le mois de décembre a donc connu un maximum d’étiage, marquant un déficit prononcé en recharge   pluviométrique. Le début de l’année hydrologique 2015-2016 est donc marqué par un retard de recharge  , qui pourra se compenser en début d’année 2016, si les précipitations sont au rendez-vous.
  • Etat en octobre 2015 (bilan au 09/11/2015) : La nappe   des sables du Plio-Quaternaire a connu une stabilisation globale de ces niveaux, au cours du mois d’octobre. Le maximum d’étiage semble avoir été atteint, marquant ainsi la fin de l’année hydrologique 2014-2015. Les niveaux ont atteint des valeurs inférieures à très inférieures à la normale, ce qui confirme une année plus déficitaire que pour les alluvions de la Garonne, avec une période de retour quinquennale sèche.
  • Etat en août 2015 (bilan au 04/09/2015) : La dynamique de tarissement observée au mois de juillet s’est fortement ralentie au cours de mois d’août, caractérisée par une stabilisation globale des niveaux. De ce fait, l’état des stocks souterrains a très peu évolué et les niveaux restent très proches de ceux du mois de juillet, avec des valeurs toujours contrastées (certains indicateurs montrent des niveaux inférieurs à la normale, tandis que d’autres affichent des niveaux normaux et même supérieurs à la normale).
  • Etat en juillet 2015 (bilan au 31/07/2015) : Le tarissement des aquifères   sableux du Plio-Quaternaire s’est poursuivi durant tout le mois de juillet. Cette baisse est continue et parfois d’intensité importante. L’état des stocks est assez contrasté : certains indicateurs montrent des niveaux inférieurs à la normale, tandis que d’autres affichent des niveaux normaux et même supérieurs à la normale.
  • Etat en juin 2015 (bilan au 03/07/2015) : Globalement, les niveaux piézométriques continuent leur baisse lente et progressive, interrompue, localement à la mi-juin, par un petit pic de recharge  . Les niveaux sont inférieurs à la normale, sauf sur le piézomètre   de Saint-Cricq-du-Gave (40), où les niveaux sont encore supérieurs à la normale.
  • Etat en mai 2015 (bilan au 08/06/2015) : Dans la partie nord de l’aquifère  , un petit pic de recharge   a été observé début mai, et a ensuite laissé place à une phase de tarissement. Dans les autres secteurs, la baisse des niveaux est continue depuis le début du mois de mars. Les niveaux observés au cours de mois de mai sont très hétérogènes dans la nappe   : certains piézomètres indiquent des niveaux très inférieurs ou inférieurs à la normale, tandis que d’autres affichent des niveaux proches de la normale ou supérieurs à la normale. Globalement, l’aquifère   semble avoir entamé une phase de déstockage.
  • Etat en avril 2015 (bilan au 06/05/2015) : Comme ailleurs, depuis le petit pic de recharge   du début du mois de mars, une phase de tarissement lente s’est engagée et poursuivie au cours du mois d’avril. Une dynamique de stabilisation s’est ensuite amorcée, même si localement, des petites séquences de recharge   ponctuelles ont pu être observées. Globalement, les niveaux ont maintenant atteint des valeurs proches de la normale.
  • Etat en mars 2015 (bilan au 07/04/2015) : Comme ailleurs, un pic de recharge   important s’est produit au début du mois de mars, puis une phase de tarissement s’est engagée dès la mi-mars. Dans la continuité du mois de février, les niveaux bénéficient encore du stock important hérité de l’année hydrologique précédente humide. Les niveaux restent ainsi supérieurs à très supérieurs à la normale, pour cette période de l’année.
  • Etat en janvier-février 2015 (bilan au 06/03/2015) : L’analyse des signaux montre une stabilisation globale des niveaux. Cependant, des recharges peu intenses et discontinues sont observées depuis la mi-janvier sur l’aquifère   du Plio-Quaternaire aquitain. Cet aquifère   bénéficie encore des stocks constitués lors de l’année hydrologique humide précédente et les niveaux sont globalement supérieurs à la normale. Une nouvelle dynamique de recharge   semble s’être amorcée avec les séquences de pluies de ces dernières semaines.

Accédez aux archives.

Revenir en haut