Evaluation des principales nappes avec les indicateurs ponctuels

Situation générale pour le mois de août 2022

Cartographie du bassin Adour-Garonne associée au Bulletin de Situation Hydrologique

La période de recharge 2021-2022 a été relativement courte, car débutée tardivement (entre novembre et décembre suivant les secteurs). A cela s’ajoute un déficit de pluviométrie au printemps, se traduisant par une sécheresse modérée à extrême (dans les Pyrénées), qui n’a pas permis de combler le déficit de recharge automnale. L’été a, quant à lui, été jusque là chaud (températures supérieures de 2 à plus de 3°C aux normales) et plutôt sec, à une période où les précipitations ne rechargent que rarement les nappes  . Au mois d’août, la décharge des nappes   s’est donc globalement poursuivie. Ainsi, le mois se caractérise par des niveaux toujours majoritairement orientés à la baisse. Contrairement aux deux derniers mois, les niveaux se sont toutefois stabilisés pour 20% des indicateurs ponctuels.
En matière d’IPS, le déficit de pluviométrie printanière s’est traduit par une décharge plus rapide que la normale et donc des indices IPS qui ont baissé en mai et juin. En août, comme en juillet, on ne constate pas de nouvelle baisse des indices IPS à l’échelle du bassin  . Ainsi, 60 % des indicateurs voient leur IPS se maintenir et 20 % voient leur IPS augmenter ou baisser, d’une seule classe dans la quasi-totalité des cas, un seul indicateur voyant son IPS baisser de 2 classes. Cela s’explique par le fait que les précipitations estivales, peu nombreuses et associées à des événements orageux, contribuent rarement à recharger les nappes  . Dans le cas des augmentations d’IPS, elle compense le plus souvent une baisse d’une classe enregistrée en juillet ou en juin.
La tendance des mois précédents, avec une majorité d’indicateurs présentant un niveau inférieur à la moyenne, s’est confirmée en août (65 %), une situation plus connue dans le bassin   depuis le début d’automne 2019.
Plus précisément, le mois d’août est très semblable au mois de juillet et se caractérise par :

  • une absence de niveaux hauts ou très hauts ;
  • 19 % de niveaux modérément hauts, comparable à juillet ;
  • 16 % de niveaux proches de la moyenne, comparable à juin ;
  • 32 % de niveaux modérément bas, en baisse par rapport à juin ;
  • 32 % de niveaux bas (13 %) ou très bas (19 %).

Cette situation témoigne d’une recharge 2021-2022 globalement déficitaire, car s’étant surtout concentrée pendant une période courte : les mois de décembre et janvier. Alors que la situation à l’étiage 2021 était favorable, suite à deux années plutôt humides, la situation actuelle est la plus défavorable depuis 2017, soit l’année de la mise en place de l’indicateur IPS. En août 2017, la situation était même un peu moins critique, suite à un mois de juillet localement très pluvieux ayant permis une recharge ponctuelle, dans certains secteurs.
Au niveau géographique, comme en juillet, les nappes   alluviales de la Garonne, de l’Adour et de leurs affluents, aussi bien dans la partie amont que dans la partie aval, gardent des niveaux proches de la moyenne. La situation reste plus défavorable pour les calcaires karstifiés du Jurassique et le Plio-Quaternaire aquitain.

Graphe comparatif des <span class="caps">IPS</span>, lors des mois précédents
Cartographie comparative des <span class="caps">IPS</span>, lors des mois précédents

Découvrez le tableau des Indicateurs du mois de août 2022.

Retrouvez le bilan de la situation générale des nappes   du bassin   Adour-Garonne, pour chacun des mois de l’année en cours et des années antérieures.

Que sont les indicateurs ponctuels ?

L’évaluation des indicateurs de situation des nappes   est réalisée par le BRGM, à partir de données de ADES, qui sont produites par les services de l’Etat, des établissements publics (Agences de l’Eau, BRGM) et des collectivités (conseils régionaux, départementaux ou communes…).

Le calcul de l’Indicateur Piézométrique   Standardisé (IPS), réalisé chaque mois à l’échelle des bassins hydrographiques   (bassin   Adour-Garonne en l’occurrence), participe à la description de l’état des nappes   présenté dans le Bulletin national de Situation Hydrologique consultable sur le site EauFrance.

Pour le bassin   Adour-Garonne, il est proposé la présentation suivante : en plus de la cartographie et des commentaires habituels, les chroniques piézométriques (évolution des niveaux au cours des 30 dernières années et de la dernière année) sont présentées pour chaque système aquifère  , à l’exception des aquifères   calcaires karstifiés libres du Jurassique moyen et supérieur, séparés en partie nord (Charentes) et sud (sources des Causses).

Depuis le bulletin publié en août 2020, le bilan global à l’échelle du bassin   Adour-Garonne est désormais synthétisé sous la forme de deux graphiques plutôt que d’un tableau.

En octobre 2020, sur la carte de synthèse de l’IPS mensuel, les couleurs de fond associées à chaque ensemble aquifère   sont remplacées par la couleur de l’IPS associé à chaque indicateur global (IG) et correspondant à la moyenne arithmétique des valeurs de l’IPS des indicateurs ponctuels.

Accès aux données grâce à la liste des aquifères  

Lisez les informations sur les niveaux d’eaux souterraines, en sélectionnant une nappe   dans la liste ci-dessous.
Accédez aussi à l’historique des tableaux des Indicateurs.

Revenir en haut