Dernières parutions sur le thème de la protection des eaux souterraines


Nouvelle parution de « Ligne d’Eau »

L’Agence de l’Eau Adour-Garonne édite « Lignes d’Eau », une lettre d’informations à parution mensuelle.

Chaque numéro propose des articles, des brèves, et des rendez-vous, ainsi que des découvertes, notamment de sites Web, d’évènements ou d’éditions.


Le numéro 44 de « Lignes d’eau » du mois d’avril 2014 est consultable dès à présent.


Article sur le Portail Santé Environnement

portail Sante Environnement

Anticiper les risques sur les captages d’eau potable proches des sites industriels

Dans le cadre du PRSE2, le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM) mène en Aquitaine une étude approfondie de la relation entre les sites de la base BASIAS (Base des Anciens Sites Industriels et Activités de Service) et les captages d’alimentation en eau potable   (AEP  ). Un croisement pour anticiper les risques de contamination.

La base de données BASIAS recense tous les sites industriels abandonnés ou non, susceptibles d’engendrer une pollution de l’environnement. Suite aux engagements du Grenelle de l’environnement, le BRGM a mené une étude nationale en 2008 et 2009 permettant d’identifier les sites BASIAS ayant potentiellement une incidence sur les captages d’Alimentation en Eau Potable  , relation alors définie grâce à la notion de distance entre les deux.
L’Agence Régionale de Santé Aquitaine a souhaité approfondir cette recherche. Nous avons défini une méthode et un cahier des charges qui avaient pour objectif de lister tous les captages AEP   qui présentent une vulnérabilité, déterminée essentiellement par le nombre et la nature des formations situées au-dessus de l’aquifère   capté ainsi que sur la profondeur du captage   explique le responsable du projet au BRGM. Fin 2013, les résultats ont précisé que 423 des 1546 captages AEP   géoréférencés présentent une vulnérabilité aux sites industriels voisins, c’est-à-dire dont au moins un des 16 526 sites industriels est situé dans la zone de vulnérabilité du captage  . Pour ces 423 captages, une deuxième phase permettra de définir le risque avéré en fonction des types de polluants utilisés sur les sites industriels. Une étude qui permettra ainsi de valider, à l’aide de données de géochimie, les premières classifications. Il s’agit de traduire la notion de vulnérabilité en notion de risque. On va noter les différents polluants, caractériser les différentes molécules polluantes traitées dans les sites industriels.
A l’horizon 2015, la corrélation de ces actions permettra d’anticiper et de réduire à la source   les éventuelles pollutions de captage   d’alimentation en eau potable   par l’activité industrielle.

Portail du SIGES : http://sigesaqi.brgm.fr
Sites et sols pollués : http://basias.brgm.fr

Revenir en haut

Actualités